Prêt et immobilier neuf: la banque n’est pas responsable d’avoir versé les fonds même si le chantier est en retard

En cas d’achat d’un bien immobilier neuf, mieux vaut vérifier ce que vous autorisez à la banque de verser au fur et à mesure de l’avancement des travaux.

©Istock

En cas d’achat d’un bien immobilier neuf, il peut être risqué de laisser la banque verser les fonds au fur et à mesure de l’avancement des travaux. L’acquéreur, qui est également l’emprunteur, prend seul le risque financier lié à ce procédé, a rappelé la Cour de cassation.

Un couple ayant acheté un logement « en l’état futur d’achèvement« , c’est à dire un logement neuf non encore bâti, s’est trouvé totalement perdant dans l’opération, parce qu’il n’avait pas vérifié lui-même que les appels de fonds adressés à la banque étaient bien justifiés par l’évolution du chantier.

A LIRE >>> Le Salon national de l’immobilier, un événement clé pour faire le plein d’informations dans le cadre d’un projet d’investissement dans la pierre

La banque, selon la Cour, n’a pas à vérifier la réalité de ce que lui demande le vendeur dès lors que ses clients lui ont donné mission de payer celui-ci au vu de ses attestations d’avancement des travaux.

Lorsqu’il est apparu que le chantier prenait beaucoup de retard, le couple qui ne pouvait toujours pas percevoir les loyers espérés, a fini par saisir la justice en réclamant l’annulation, « la résolution » de la vente. Ce qui implique la remise des choses en l’état antérieur, chacun rendant à l’autre ce qu’il a reçu.

Les acheteurs obligés de rembourser la banque

Le vendeur devait rendre aux acquéreurs les fonds qu’il avait reçus en leur nom. Mais ayant été alors placé en faillite, la restitution devenait hypothétique. De son côté, le couple d’acquéreurs devait rendre à la banque les montants qu’elle avait payés puisque l’annulation de la vente entrainait l’annulation du prêt.

Dans l’impossibilité de rembourser, les acquéreurs ont soutenu qu’en versant directement l’argent au vendeur, sans contrôler l’avancement des travaux, la banque avait commis une faute. Mais cet argument a été rejeté. C’était à eux de vérifier que les appels de fonds étaient justifiés et d’intervenir en cas de besoin, a conclu la justice.

Pour ces particuliers, l’opération s’est donc soldée par la perte des fonds versés au vendeur, avec l’obligation de rembourser la banque.

Références: Cass. Civ 1, 26.9.2018, K 17-19.535

Sur le même thème

Actualités de l'immobilier immo

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique