Immobilier : nouveau record de transactions dans l’ancien en 2018

Pour la troisième année consécutive, les logements anciens ont enregistré un nouveau record de nombre de ventes en 2018. Les prix poursuivent leur hausse.

Le clivage persistant entre l'Île-de-France et le reste de la France. Crédit: iStock.

L’immobilier français ancien a signé, pour la troisième année consécutive, un nouveau record de nombre de ventes en 2018 tandis que les prix poursuivaient leur hausse, stimulée par le marché de l’Île-de-France, montre un indicateur publié jeudi. L’an dernier, le nombre de transactions dans l’immobilier ancien s’est établi à 970.000 dans le pays, selon les chiffres communs de l’Insee et des notaires.

Ce n’est qu’une petite progression par rapport au chiffre de 2017 – 968.000 – mais celui-ci marquait un niveau sans précédent après déjà une année 2016 record dans un marché notamment gonflé par le très bas niveau des taux d’intérêt.

A LIRE >>> Immobilier : le ministre du Logement pour une fiscalité stable

De leur côté, les prix, qui rebondissent eux depuis 2015, ont encore augmenté en moyenne en France l’an dernier, avec une progression de 3,2% qui s’est accentuée en fin d’année. Cette accélération fin 2018 est d’autant plus notable que, plus généralement, l’inflation française a ralenti sur la même période alors qu’elle s’était rapprochée des 2% en milieu d’année.

Des réalités très contrastées

Elle recouvre néanmoins des réalités différentes, en premier lieu le clivage persistant entre l’Île-de-France et le reste de la France même si ces géographies obéissent elles-mêmes à des réalités très contrastées.

A LIRE >>> Immobilier locatif : parmi les villes éligibles au dispositif fiscal Denormandie, certaines sortent vraiment du lot

A Paris et sa région, les prix progressent de plus de 4% l’an dernier, tandis que dans le reste du pays, elle se limite à moins de 3%. Plus précisément, « Paris continue de tirer vers le haut les prix des appartements, même si la hausse dans la capitale est un peu moins marquée » à la fin 2018 que plus tôt dans l’année, souligne la note. Cette progression s’établit à plus de 6%.

Sur le même thème

immobilier résidence principale et secondaire

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique