Obtenir des taux immobiliers à moins de 1 %, c’est possible

Selon les baromètres des courtiers en crédit, les planchers des taux de crédit immobilier ont encore été abaissés au mois de mars.

Battant les niveaux de la fin 2016, les taux d’intérêt pour le mois de mars sont édifiants. Crédit : LODI Franck/SIPA

Non, ce n’était pas fini. Les taux immobiliers avaient déjà atteint des planchers très avantageux mais ils continuent de dégringoler. La directrice de la communication de Meilleurtaux.com, Maël Bernier a expliqué à Challenges : « Les grilles tarifaires des banques font état de baisses assez franches, comprises entre 0,05% et 0,15% selon les établissements.  C’est la première fois depuis quelques mois qu’au-delà des décotes enregistrées sur le terrain, les taux affichés dans les barèmes sont également en baisse ». Résultat, les taux d’intérêt hors assurance se placent en moyenne à 1,35% sur 15 ans, 1,55% sur 20 ans et 1,75% sur 25 ans. Profitant de cette chute, certains emprunteurs ont réussi à signer des crédits passant en dessous de la barre des 1%.

A LIRE AUSSI >>> La justice enquête sur des soupçons d’escroquerie aux prêts immobiliers

Challenges donne l’exemple d’un couple qui a « emprunté 280 000 euros à 0,60 % sur 15 ans pour acheter leur résidence principale, grâce à des revenus de 6800 euros mensuels, un apport du montant des frais et 80.000 euros d’épargne ». Il faut tout de même noter qu’à chaque fois les foyers disposaient de revenus mensuels de 5000 euros minimum, notamment pour les primo-accédants. Sinon, mieux vaut avoir un apport conséquent et une capacité d’épargne solide. L’âge, la profession, l’apport disponible vont directement impacter les taux de crédit. Mais que ce soit pour l’achat d’une résidence principale, secondaire ou d’un bien locatif, il est actuellement possible de bénéficier de taux très avantageux.

La durée des prêts pour les primo-accédants s’allonge

Dans le même temps, la durée d’emprunt des personnes faisant leur premier achat augmente. Il y a 5 ans, la proportion des crédits sur 25 ans pour les primo-accédants était de 15 %. Elle a grimpé à 41,5% le mois dernier. En effet, en février, l’allongement de la durée moyenne de production de prêts immobiliers était de 230 mois selon les chiffres de l’Observatoire Crédit Logement / CSA, cités par Boursier.com. Cela est dû à la hausse des prix dans le secteur mais aussi à la diminution des taux de crédit. Et même si cette recette permet à beaucoup de jeunes ménages de pouvoir emprunter, elle reste généralement plus coûteuse et désavantageuse en cas de revente rapide qu’un crédit sur 20 ans.

Sur le même thème

Crédit immobilier immobilier prêt immobilier

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique