Les ventes de logements neufs reculent, l’offre se réduit

Au 1er trimestre 2019, les ventes de logements neufs se sont très fortement repliées. La faute à l’approche des élections municipales et au coût des travaux.

Les mises en vente, témoin de l'offre disponible, ont ainsi chuté de 36,9% par rapport au premier trimestre 2018. Crédit: iStock

Les ventes de logements neufs ont reculé de 2,5% au premier trimestre 2019, a annoncé jeudi la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), s’inquiétant des difficultés à mettre des projets en route en raison des élections municipales de 2020.

La baisse de 2,5% « s’applique à un volume qui reste élevé (35.598 logements) », précise la FPI dans un communiqué. Elle concerne en premier lieu les ventes en bloc (-10,3%), les ventes aux particuliers reculant dans une moindre mesure (-1,2%). « Le marché est bon, le problème c’est la production. La production est compliquée. (…) Les municipales sont un frein puissant », a commenté lors d’une conférence de presse Marc Villand, vice-président de la FPI.

A LIRE >>> Immobilier : « Ça continue à monter et ça va contre tous les dires des prévisionnistes »

Les mises en vente, témoin de l’offre disponible, ont ainsi chuté de 36,9% par rapport au premier trimestre 2018, soit près de 13.000 logements en moins, pour s’établir à 21.685, soit le premier trimestre le plus faible enregistré depuis 2014. Parallèlement, les prix ont grimpé de près de 2% sur ces trois mois, par rapport à la même période l’an passé.

« Cette baisse de l’offre a deux explications: depuis un an, les maires accordent moins de permis de construire, du fait des élections municipales de 2020 (…) et lorsque les permis sont obtenus, les projets sont plus difficiles à faire aboutir, pour des raisons liées aux coûts de travaux, à la disponibilité des entreprises ou aux recours contentieux », souligne la FPI.

Un risque de pénurie en vue

« Ces élections municipales vont peser encore plus que les autres », estime Marc Villand, citant notamment la multiplication des listes des candidats. Il alerte sur un risque de pénurie: « les ventes vont être inexorablement, mathématiquement, freinées par la baisse de l’offre ».

Pour répondre à la demande au premier trimestre, les promoteurs ont dû puiser dans le stock, qui baisse de plus de 11% et représente désormais moins de 10 mois de ventes au niveau national.

Sur les 12 mois allant d’avril 2018 à mars 2019, les permis de construire ont diminué de 8,2%, à 445.700, et les mises en chantier ont reculé de 5,2%, à 410.700.

Sur le même thème

Prix de l'immobilier résidence principale et secondaire

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique