Immobilier: dans quelles villes les charges de copropriété ont-elles le plus augmenté?

Les charges ont augmenté de 3,1% en moyenne sur l’ensemble du territoire national en 2018. Le mouvement ne devrait pas faiblir en 2019.

Paris est la ville où les charges sont les plus élevées. Crédit: Istock

La tendance à l’augmentation des charges de copropriété ne semble pas connaître de répit. Selon Meilleurecopro, un site Internet spécialisé dans le comparatif des charges de copropriété, ces dernières ont augmenté de 3,1% en 2018 au niveau national, par rapport à 2017. Dans son étude, citée par BFM, Meilleurecopro indique que c’est en province que les hausses sont les plus importantes.

Montpellier, Toulouse, Marseille

Alors qu’à Paris, les charges ont augmenté de +0,3%, hors Paris, c’est +4,4% soit bien plus que l’inflation qui a été environ de 1,8% en 2018. La palme d’or de l’augmentation la plus importante revient à la ville de Montpellier, où le site Internet calcule une hausse de 5,7% des charges de copropriété. On retrouve ensuite Toulouse (+5,6%) et Marseille (4,6%). De l’autre côté du tableau, les villes où la hausse a été la plus contenue, outre Paris, sont Rennes (1,7%), Nice (1,9%) et Lille (2,8%).

Si dans la capitale, la hausse fut contenue en 2018, les charges y sont pourtant plus élevées qu’ailleurs : 40 euros du m² par en en moyenne, selon Meilleurecopro, ce qui est 68% plus élevé que la moyenne nationale qui s’établit à 24 euros par mètre carré. Les autres villes les plus onéreuses sont Nice (33 euros), Lille (26 euros) et Marseille (25 euros). Bordeaux (20 euros), Nantes, Toulouse et Rennes (22 euros) sont les moins onéreuses.

A LIRE >>> Copropriété: voici pourquoi les charges sont plus élevées au dernier étage qu’au premier

La hausse des sinistres

Alors pourquoi cette progression du coût des charges de copropriétés en 2018 ? La hausse des sinistres (+12% en un an, selon la Fédération française de l’assurance), liées aux intempéries, en serait l’une des causes. On peut citer aussi la hausse du coût des honoraires des syndics (jusqu’à +20,6% à Lyon, selon Boursier.com). L’énergie est aussi un poste de dépense en pleine augmentation, avec la taxe intérieure sur la consommation de gaz naturel qui a progressé de 44% en 2017 et 2018, et qui devrait continuer d’augmenter en 2019.

Enfin, l’instauration d’un treizième mois pour les gardiens, les assurances contre les impayés et la fin du glyphosate et donc l’augmentation des charges liées à l’entretien des espaces verts, sont également des raisons qui poussent à la hausse des charges de copropriété.

Sur le même thème

charges de copropriété Copropriété

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique