Immobilier: les députés veulent obliger les acheteurs à faire des travaux dans les « passoires thermiques », ils seraient financés par une partie du montant de la vente du bien

Les députés ont prévu une expérimentation lors de la vente d’un logement « passoire thermique« , avec la consignation d’une part du montant de la vente pour financer des travaux de rénovation énergétique, dans le cadre de l’examen en commission du projet de loi énergie.

Lors de l’examen du texte en commission des Affaires économiques, des amendements LREM en ce sens, portés notamment par le rapporteur Anthony Cellier, ont été adoptés dans la nuit de mercredi à jeudi.

A LIRE >>> Economies d’énergie: attention aux promesses, pas toujours honnêtes, des travaux à 1 euro

Ils prévoient qu’en cas de vente d’un logement trop gourmand en énergie et donc mal isolé, « une part du produit de vente est mise sous séquestre ». Cette somme ne pourra excéder 5% du produit total de la vente. L’idée est d’inciter l’acquéreur à réaliser des travaux de rénovation énergétique en prévoyant que la somme sera débloquée pour les travaux. 

Les députés ont précisé via des sous-amendements que cela se ferait à titre expérimental à partir de 2021, pour une durée de deux ans dans les zones tendues, alors que certains élus ont exprimé des doutes sur la faisabilité.

La révision du loyer conditionnée à la réalisation de travaux ?

La Fnaim, première organisation d’agents immobiliers en France, a fait savoir sur Twitter qu’elle « s’opposera fermement à toute confiscation d’une partie du prix de vente d’un bien immobilier sous prétexte de son mauvais classement énergétique ». D’autres amendements ont par ailleurs précisé les critères de définition d’un logement décent en matière de performance énergétique.

Le gouvernement a aussi prévu de conditionner la révision du loyer, en cas de travaux, à l’atteinte d’un certain niveau de performance, et prévu un audit énergétique pour les logements très énergivores en cas de vente ou location, qui sera annexé au diagnostic de performance énergétique.

Des amendements portés par des élus de divers bords pour interdire la location des « passoires thermiques » ont en revanche été rejetés.

L’ex-« marcheur » Matthieu Orphelin, qui portait un tel amendement a rappelé dans un communiqué que l’interdiction était « un engagement porté par Emmanuel Macron dans la campagne présidentielle ». Sur ce sujet « principal » de la rénovation énergétique, « les principales avancées ont malheureusement été repoussées », a-t-il déploré. 

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Articles récents

Les collectivités de province déroulent le tapis rouge pour attirer les Franciliens

Des collectivités de province en manque de main d'œuvre rivalisent d'initiatives et d'arguments pour encourager et accompagner les changements de…

19/01/2020 17:20

Respecté ou non, un plan de surendettement ne s’annule pas

Un client bancaire ne respectant pas le remboursement de son plan de surendettement ne peut pas être sanction par l’établissement…

19/01/2020 12:41

Le banquier doit se souvenir des crédits qu’il a accordés

La Cour de cassation vient de rappeler que selon la loi, un banquier est tenu de faire preuve de vigilance…

19/01/2020 09:30

Règlementation bancaire : quelles sont les mesures qui doivent s’appliquer en 2022 ?

L’Union européenne entame les négociations liées à la transposition de l'accord signé à Bâle fin 2017. Il est très décrié…

18/01/2020 12:00

Le Livret A, un livret pas si populaire que ça

La plongée du taux du livret A a son plus bas niveau historique n’aura pas tant d’impact que ça sur…

18/01/2020 11:05

ISF/IFI : Le Conseil constitutionnel valide le rejet de l’abattement sur les résidences principales en SCI

En réponse à une QPC, l’institution a estimé que la différence de traitement établie entre les détentions en direct et…

18/01/2020 10:00