Immobilier : la hausse des prix à Paris se ressent dans la très proche banlieue

Le mètre carré parisien atteindrait les 10 000 euros selon les notaires. En proche banlieue, certaines communes ont vu une augmentation des prix de près de 50% en dix ans.

En proche banlieue, les prix ont augmenté de 50% dans certaines communes en dix ans. Crédit: Istock

La chambre des notaires de Paris le confirme : le mètre carré a atteint 10 000 euros dans la capitale. Selon les bases d’avant-contrats qu’ils possèdent, le prix se situerait exactement à 10 090 euros, ce qui acte une augmentation de 7% par rapport à l’année dernière, annonce Boursier.com.

Une hausse qui ne s’arrêtera pas

Pour ERA Immobilier, la tendance se stabilise, après les hausses particulièrement importantes des années 2016 et 2017. Cependant, pour ce spécialiste, l’augmentation ne devrait pas s’arrêter là et les prix vont continuer d’augmenter au-delà de cette barre symbolique des 10 000 euros du mètre carré.

Les notaires remarquent aussi que la hausse des prix se poursuit dans la Petite couronne. Ainsi, pour ce qui concerne les appartements, comptez un prix moyen de 6 000 euros du mètre carré pour les Hauts-de-Seine, 4 640 euros dans le Val-de-Marne et 3 600 euros en Seine-Saint-Denis. Une hausse des prix qui se poursuit depuis plusieurs années en proche banlieue et qui est particulièrement forte dans les communes limitrophes avec Paris.

A LIRE >>> Crédit immobilier: certains critères d’attribution se relâchent

25% à 30% moins cher que Paris

Selon une étude réalisée par MeilleursAgents pour Les Echos, les communes d’Asnières-sur-Seine, Malakoff (Hauts-de-Seine) et Bagnolet (Seine-Saint-Denis) ont battu des records sur ces dix dernières années. Depuis 2009, les prix de l’immobilier ont augmenté respectivement de 53,7%, 43,6% et 44,4%. Rien que sur ces cinq dernières années, le prix du mètre carré a pris 25,3% à Asnières, 21,8% à Bagnolet et 18,6% à Malakoff. Des prix boostés par l’amélioration des transports en commun, avec l’arrivée du tramway, la construction des lignes du Grand Paris express ou encore le réaménagement des centres-villes.

Pour le moment, à Malakoff, les tarifs sont 25% à 30% moins chers que dans le limitrophe 14e arrondissement de Paris. Les anciennes petites maisons ouvrières se négocie autour des 500 000 euros. A Bagnolet, le mètre carré se négocie jusqu’à 5 000 euros. Les biens atypiques y sont particulièrement recherchés, les lofts spacieux issus d’anciens ateliers ou d’imprimeries. Quant à Asnières, elle attire les familles de cadres qui ne peuvent plus s’offrir Neuilly-sur-Seine ou Levallois-Perret. Le mètre carré y vaut entre 6 800 et 7 500 euros.

Sur le même thème

immobilier Prix de l'immobilier

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique