L’incitation fiscale à l’investissement locatif fait monter le prix du mètre carré

Selon des économistes, le dispositif Scellier, pensé pour favoriser l’investissement locatif à l’aide de crédits d’impôt, a entrainé une hausse des prix des terrains.

Les prix s’envolent particulièrement dans les zones tendues, les zones denses où il y a un fort besoin de logements. Crédit: iStock.

Depuis 1984, neuf dispositifs d’aide à l’investissement locatif ont été mis en place par l’État. « Besson », « Duflot » ou encore « Pinel », en place aujourd’hui. Deux économistes se sont penchés sur les effets pervers d’un de ces dispositifs. Ils affirment que la mesure Scellier a provoqué une inflation des prix des terrains constructibles.

Une augmentation de 8 à 10 %

Pour Pierre-Henri Bono et Alain Trannoy, publiés dans la revue Économie et statistique de l’Insee, jeudi 11 juillet, le dispositif Scellier a ainsi conduit à une hausse du prix du mètre carré de 7 € la première année et de « de 8 à 9 euros en 2009 et 2010 », cite Le Point. « Ce qui représente, tout de même, une augmentation de 8 à 10 % des prix des terrains par rapport à la situation de départ », précise le journal.

Pour arriver à cette conclusion, les économistes ont étudié des zones où s’appliquait la niche fiscale et d’autres à proximité, avec des terrains aux prix similaires. Ils ont fait une comparaison des prix avant et après la mise en place de la mesure. Non seulement ils remarquent une inflation des premiers terrains soumis au dispositif, mais les prix s’envolent particulièrement dans les zones tendues, les zones denses où il y a un fort besoin de logements. La région méditerranéenne par exemple connait une hausse de 25% sur deux ans.

A LIRE >> Immobilier: les crédits avec des taux négatifs, bientôt une réalité?

Des dispositifs qui coûtent 18 milliards d’euros par an

Selon, Pierre-Henri Bono et Alain Trannoy, l’État a donc « mis la charrue avant les bœufs ». « La politique de règlement d’urbanisme doit accompagner, voire précéder, tout dispositif incitatif à la construction de logements locatifs », écrivent les chercheurs. Et les économistes ne sont vraiment pas les seuls à remettre en question ces lois.

En vigueur de 2009 à 2012, le dispositif Scellier a ensuite été remis en place sous d’autres formes avec le « Duflot » et le « Pinel ». L’idée est toujours d’inciter financièrement les propriétaires à investir dans des logements locatifs, contre un engagement de leur part à louer le bien à un loyer modéré. La Cour des comptes ne cesse pourtant d’épingler ces niches fiscales pour l’argent qu’elles coûtent à l’État, 18 milliards par an selon les magistrats, et leur inefficacité.

Sur le même thème

immobilier Investissement locatif

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique