Immobilier : les maisons neuves ne font plus recette en France

Au cours du deuxième trimestre 2019, 33 900 logements neufs ont été vendus en France, un recul de 3,3% par rapport à la même période l’an dernier.

Le nombre d'achat de maisons neuves à chuté de 10,7% au deuxième trimestre 2019. Crédit : ©Istock

En France, l’achat dans le neuf fait de moins en moins recette. Selon les données publiées par le ministère de la Cohésion des territoires, l’activité affiche un net recul au deuxième trimestre 2019 : – 3,3% par rapport à la même période l’an passé. En tout, 33 900 logements neufs se sont vendus dans l’Hexagone.

Cette baisse est particulièrement visible pour les particuliers, où le nombre de réservations a chuté de 10,7%. Au total, 2 300 maisons neuves se sont vendues au deuxième trimestre 2019. Une tendance qui s’observe depuis plusieurs mois : en quatre trimestres, les transactions ont chuté de 10,4% par rapport aux quatre trimestres précédents.

Ventes en baisse, prix en hausse

Autre tendance inquiétante pour le marché du neuf, les mises en vente ont fortement chuté au deuxième trimestre. Un peu moins de 2 000 maisons ont ainsi été proposées sur le marché, soit une baisse impressionnante de 33,2% par rapport au deuxième trimestre de 2018. La tendance générale de mise sur le marché de maisons neuves est d’ailleurs à la baisse, avec un repli de 22,5% entre juillet 2018 et juillet 2019 par rapport aux douze mois précédents. La mise en vente d’appartements chute également, mais dans une moindre mesure, à 13,2%.

A LIRE >>> Immobilier : la moitié des Français seraient prêts à s’installer dans leur lieu de vacances

Le marché du neuf atteint ainsi des niveaux qui n’avaient plus été observés depuis 15 ans. Une tendance à la baisse qui n’empêche cependant pas les prix de progresser. Sur un an, le coût pour l’achat d’une maison a augmenté de 5,9%. Il faut donc compter un budget moyen de 277 600 euros pour se payer une résidence privée dans l’Hexagone, et 332 300 euros en moyenne en Île-de-France. Seul territoire à échapper à cette règle, la Corse où le prix moyen d’achat dans le neuf a diminué de 4,3% par rapport au deuxième trimestre 2018.

La côte d’Azur en perte de vitesse

Parmi les zones les plus impactées par la chute des achats et des mises en ventes de logements neufs, les communes de plus de 50 000 habitants qui enregistrent un fort repli des mises en vente (-44%) et des réservations (-13,8%). La tendance à la baisse touche également Paris et une partie de la région Île-de-France, la Côte d’Azur et la zone frontalière avec la Suisse avec un recul des ventes de 12,7% et des réservations stables (+0,2%)

Les autres grandes agglomérations de plus de 250 000 habitants bénéficient en revanche d’une forte augmentation de l’offre et de la demande au deuxième trimestre : +6,9% pour les mises en vente et +6,8% pour les réservations, même si la tendance annuelle reste à la baisse (-5,6% pour l’offre et -1% pour la demande). Le reste du territoire suit cette même tendance avec une hausse des mises en vente (+13,9%), mais surtout une forte augmentation de la demande (+25,8% pour les achats).

Auvergne-Rhône-Alpes et Grand Est, régions les plus attractives

Enfin, certaines régions continuent d’attirer acheteurs et vendeurs. Les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Grand Est présentent, selon l’étude, une hausse de l’offre et de la demande par rapport à 2018. >>>

A LIRE >>> Le crowdfunding immobilier se porte bien avec 129 millions euros récoltés depuis le début de l’année

Dans les régions Centre-Val de Loire, Corse et dans l’ensemble de l’Île-de-France, de plus en plus de personnes souhaitent acheter un logement alors que l’offre diminue tandis que les mises en ventes se multiplient en Nouvelle-Aquitaine alors que les acheteurs dans le neuf se raréfient. Les autres régions suivent la tendance nationale : baisse des mises en vente et des achats.

Sur le même thème

achat Immobilier neuf prix des maisons en France

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique