Se connecter S’abonner

Immobilier : les prix continuent de monter dans les villes françaises

La plupart des grandes villes françaises connaissent des prix immobiliers inédits en septembre et selon une étude MeilleursAgents, cette hausse devrait continuer.

immobilier
Crédit: iStock.

2019 est l’année de tous les records immobiliers. À Paris, en septembre, le prix du mètre carré atteint le niveau historique de 10 000 euros. Un chiffre qui devrait être confirmé par les notaires, cette semaine. Mais les autres grandes villes françaises ne seraient pas en reste. La flambée des prix touche quasiment toutes les grandes métropoles de l’Hexagone, selon une étude MeilleursAgents, relayée par Les Échos. Huit des onze villes les plus peuplées (Paris incluse, mais pas l’Île-de-France) atteignent des niveaux records cette année.

+1,5% d’ici 12 mois

Ainsi, en 2019, le prix du m² augmente de 10,2% à Lyon (4.485 euros), de 9,3% à Nantes (3.262 euros), de 7,1% à Toulouse (3.086 euros) et de 7% à Rennes (3.013 euros). Seule exception, la métropole niçoise connait une légère baisse de 0,4%. Et la flambée des prix ne s’arrêtera pas là. L’étude prévoit une hausse de 1,5% sur l’ensemble des prix immobiliers en France d’ici 12 mois. Paris connaîtra une augmentation de 6% et l’immobilier prendra 5% dans les dix grandes villes régionales. Nantes et Toulouse seraient les deux villes au plus fort potentiel de croissance du prix de la pierre : +9%.

A LIRE >> Immobilier : à partir de deux ans dans un appartement, il devient plus intéressant de l’acheter que de le louer

Les 30-40 ans « font monter les prix »

Pour MeilleursAgents, « les prix ne sont probablement pas surévalués », car les ménages sont en mesure d’acheter. Les taux très bas rendent l’accès à la propriété plus facile. De plus, la baisse du chômage a créé de nouveaux acquéreurs potentiels. Cette montée des prix dans les grandes villes hexagonales s’explique également par les arrivées de 30-40 ans, la catégorie d’acheteurs les plus actifs. Ils partent de Paris et des zones rurales pour s’installer dans d’autres métropoles régionales comme Bordeaux, Toulouse, Nantes ou Rennes et « font monter les prix ». Paris reste un marché particulièrement dynamique, car c’est une ville au rayonnement international.