Se connecter S’abonner

Immobilier: les raisons pour lesquelles les Français adorent (toujours) la pierre

94 % des propriétaires ou accédants et 78 % des locataires pensent que l’immobilier est toujours un bon investissement.

30 ans

L’immobilier reste chéri des épargnants, comme le démontre une étude que viennent de publier les Notaires de France. Sous le titre « Les Français et l’immobilier : parcours et représentations », cette enquête, réalisée avec Harris Interactive, établit que pour 87 % des Français, « la pierre est toujours un bon investissement », sentiment partagé par 94 % des propriétaires ou accédants, et même par 78 % des locataires.

Lesquels sont également 58 % à penser qu’être locataire« c’est jeter de l’argent par les fenêtres ». Autre résultat soulignant les bienfaits de l’acquisition : 72 % des personnes interrogées (dont 83 % des propriétaires et 57 % des locataires) pensent qu’« il faut absolument être propriétaire avant la retraite ».

A LIRE >>> Immobilier: en quittant la capitale, les Parisiens peuvent avoir une surface multipliée par 7

Ces chiffres sont le résultat d’émotions très positives entourant le fait de devenir propriétaire. Pour 87 % des Français, l’achat de sa résidence principale est synonyme de moment « enthousiasmant », de « projet de vie avec un nouveau quartier à découvrir ». Même score pour le vocable « rassurant », pour la notion de « point d’ancrage dans la vie ». 

Un choix de bien majoritairement rationnel

D’un autre côté, 57 % (essentiellement les moins de 49 ans, les locataires et les personnes de catégories socio-professionnelles inférieures) trouvent que l’achat immobilier est « angoissant », parce que « les démarches font peur et on a toujours peur de se tromper dans son achat ». Enfin, 48 % des sondés valident le mot « limitant », estimant que l’accession à la propriété « réduit ensuite la liberté (pour déménager, changer de travail, etc.) ».

En outre, 54 % des Français se disent « plutôt rationnels  » lorsqu’ils choisissent. Ils établissent « une liste de critères que leur logement doit remplir au maximum ». Ce sont surtout les plus de 65 ans (64 %) et les plus aisés (revenus mensuels supérieurs à 5 000 euros, 64 %) qui raisonnent ainsi. Une autre petite moitié des Français (46 %) fonctionne, elle, « plutôt au coup de coeur ». Dans cette typologie, on retrouve les 18-34 ans (56 %) et les CSP moins (53 %).

A LIRE >>> Immobilier: un acheteur informé d’un ravalement ne peut pas toujours réclamer des indemnités

L’enseignement de cette étude : l’appétit des jeunes pour des modalités d’achat particulières. Ainsi, 29 % des Français, mais 42 % des 18-34 ans, se disent prêts « à acheter à plusieurs avec d’autres membres de leur famille (par exemple en SCI) ». L’écart est du même type pour un achat en nue-propriété (24 % des Français y seraient prêts, 41 % des 18-34 ans) ou en viager (22 % et 35 % respectivement).

Enfin, il se dégage des résultats surprenants concernant le rôle d’Internet. Alors que les plates-formes et les sites spécialisés semblaient être devenus incontournables, dans la réalité de ce sondage, seulement 55 % des Français disent avoir déjà utilisé Internet pour trouver un bien immobilier. Ils sont même moins de la moitié (48 %) à l’avoir fait pour se renseigner sur le quartier de leur logement ou de leur futur logement. Et moins d’un tiers (28 %) pour louer ledit bien.