Se connecter S’abonner

Immobilier: les ménages bientôt privés de crédits de plus de 25 ans?

Les autorités financières, préoccupées par le niveau d’endettement des Français, recommandent aux établissements bancaires de plafonner la durée de leurs prêts.

immobilier crédit copropriété

La sonnette d’alarme a été tirée ce jeudi 12 décembre par le Haut comité de stabilité financière (HCSF), composé entre autres de la Banque de France et du ministère de l’Economie. Dans son communiqué, le HCSF écrit ainsi avoir recommandé aux banques, « après avoir pris en compte les caractéristiques du projet et du ménage emprunteur, de se conformer aux bonnes pratiques établies, à savoir : un taux d’effort à l’octroi maximal de 33 % du revenu net de l’emprunteur ; une durée de crédit qui n’excède pas 25 ans ».

A LIRE >>> Pourquoi l’essor du crédit immobilier inquiète les autorités financières

En d’autres termes, les banques sont sommées de ne pas octroyer d’emprunts dont les remboursements représenteraient plus d’un tiers des revenus des ménages, mais également de ne pas commercialiser de crédits dépassant 25 ans. Des recommandations fermes de bonnes pratiques qui visent à « assurer la résilience du modèle français de financement de l’habitat et [à] sécuriser l’accession à la propriété », explique le HCSF, prévenant qu’il sera « particulièrement attentif » à ce que ses demandes soient suivies d’effets.

2019, une année record sur le plan immobilier

Des taux d’intérêt à leur plancher historique dépassant rarement les 1%, plus d’un million de transactions dans l’ancien, des prix toujours plus élevés… Le marché de l’immobilier résidentiel en France, en plein essor, vient de vivre une année exceptionnelle.

A LIRE >>> Crédit immobilier: il faut désormais quatre mois pour voir sa demande acceptée

Dans un tel contexte, le montant global des sommes empruntées a passé le cap du milliard d’euros tandis que les durées de remboursement se sont allongées. En automne dernier, le HCSF s’alarmait déjà d' »une augmentation des pratiques a priori les plus risquées » de la part des banques.

Une latitude de 15% accordée

Le HCSF permettra tout de même aux établissements bancaires de déroger à ces règles, avec une marge de 15% possible sur l’ensemble de leurs prêts immobiliers, notamment s’il s’agit du premier achat d’un particulier emprunteur.