Crédit immobilier: une grande vague de renégociation est en cours

Avec les taux bas actuellement pratiqués, de nombreux particuliers renégocient leur prêt. Des records devraient tomber.

Renégocier son crédit permet d'alléger la facture totale de son achat immobilier. Crédit: Istock

Les taux bas permettent d’accéder à moindres coûts à la propriété. Mais ils ont aussi un autre effet : de plus en plus de particuliers renégocient leurs crédits immobiliers en ce moment. A tel point qu’un record pourrait être battu en cette fin d’année 2019, annonce le journal Les Echos. Le dernier date de 2016 : à l’époque, l’encours des crédits renégocié avait atteint 40 milliards d’euros.

Un quart de renégociations

Au total, en 2019, près de 20% des crédits produits (en montants) durant l’année correspondraient à une renégociation. Vu que l’année devrait s’achever sur 1,1 million de transactions dans l’immobilier ancien et que la production de crédit devrait atteindre 250 milliards d’euros en 2019, les renégociations devraient donc atteindre 50 milliards d’euros.

A LIRE >>> Pourquoi l’essor du crédit immobilier inquiète les autorités financières

En revanche, on est encore loin du record mensuel. Selon des données de la Banque de France, 26% du montant des crédits produits en octobre étaient des crédits renégociés, sur un total de 24 milliards d’euros. Ce qui reste bien en dessous du pic historique de janvier 2017, où 62% des crédits étaient des renégociations.

Un écart d’un point

Renégocier son crédit permet soit de réduire la durée d’emprunt ou de réduire les mensualités. L’opération peut être vraiment intéressante pour ceux qui ont déjà remboursé un tiers de leur crédit et qui doivent encore entre 70 000 euros et 100 000 euros à leur banque.

A LIRE >>> Crédit immobilier: 4 indices qui prouvent que la fête n’est pas finie pour les acheteurs

Comme l’expliquait en août Sandrine Allonier, la porte-parole du courtier Vousfinancer, « aujourd’hui, tous ceux qui ont un écart de 0,7 point à 1 point entre leur taux initial et les taux pratiqués sont gagnants et renégocient. Ils réalisent des économies de 5 000 € à 10 000 € minimum sur le montant de leur prêt ». Ainsi, ceux qui ont emprunté à 2% entre 2015 et 2017 peuvent, par exemple, espérer des gains intéressants.

Sur le même thème

Banques Crédit immobilier

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique