Se connecter S’abonner

La Banque de France confirme son estimation de croissance à 0,2% au 4e trimestre

Après avoir progressé chaque trimestre de 0,3%, le produit intérieur brut français a ainsi marqué le pas en cette fin d'année.

Banque de France crise Villeroy de Galhau

La Banque de France a confirmé vendredi son estimation d’un ralentissement de la croissance économique au quatrième trimestre 2019 à 0,2%, les grèves ayant notamment entraîné une décélération de l’activité dans les services en décembre, compensée par la résistance de l’industrie et du bâtiment.

Après avoir progressé chaque trimestre de 0,3%, le produit intérieur brut français a ainsi marqué le pas en cette fin d’année, selon cette troisième et dernière estimation basée sur l’enquête mensuelle de conjoncture menée par la BdF auprès des chefs d’entreprises.

Selon l’institution monétaire française, en décembre, l’activité des services a « fortement » ralenti en décembre. « L’hébergement-restauration, en particulier, pâtit des grèves », explique la Banque de France dans son communiqué.

A LIRE >>> L’horizon s’éclaircit pour l’économie mondiale après une année difficile

Dans l’industrie, la production a progressé « modérément » en décembre, avec un dynamisme plus important dans l’agroalimentaire et les produits informatiques et électroniques. En revanche, « les carnets de commande continuent de se dégarnir », note la BdF, et les chefs d’entreprises anticipent une stabilité pour le mois de janvier.

Dans le bâtiment, l’activité a aussi peu progressé en décembre mais les carnets de commandes « demeurent bien fournis » et les chefs d’entreprises interrogés anticipent un rebond en janvier.

1,3% pour l’année achevée

Pour l’ensemble de l’année achevée, la Banque de France comme l’Insee tablent sur une croissance économique de 1,3%, tout comme le gouvernement qui a revu mi-décembre sa prévision légèrement à la baisse après avoir longtemps parié sur une progression du produit intérieur brut de 1,4% pour 2019.

A LIRE >>> L’AMF se désole que les entreprises boudent la Bourse et préfèrent s’endetter à bas coûts

Pour l’an prochain, la Banque de France prévoit un ralentissement de la croissance à 1,1%, qui, s’il se confirmait, serait son niveau le plus bas depuis 2016. Le gouvernement a lui construit son budget 2020 sur une hypothèse de 1,3%.

L’Insee, qui n’a pas encore donné de prévision pour l’ensemble de 2020, anticipe de son côté que la croissance atteindra 0,2% au premier trimestre 2020, puis 0,3% au deuxième.