Enchère hors norme à Paris: un hôtel particulier et son jardin à saisir non loin des Invalides

C’est une offre immobilière comme on en voit (presque) jamais. Ce bien d’exception de près de 1600 m2 à deux pas de Matignon est mis à la vente ce jeudi. Mise à prix : 6 millions d’euros.

En plein coeur de Paris, un immense hôtel particulier et son jardin sont à vendre aux enchères. Crédit: Daniel Féau immobilier

L’affaire du siècle ? Située au 12 rue Oudinot, dans le très chic 7ème arrondissement de Paris, se cache une ruine au potentiel extraordinaire a révélé mi-janvier Le Parisien. A l’abandon depuis 30 ans, il s’agit d’un hôtel particulier ressemblant à une somptueuse maison de campagne à l’état en revanche déplorable.

A LIRE > Acheter sa maison ou son appartement dans les ventes aux enchères, mode d’emploi

Pourtant, personne ne s’y trompe car c’est « probablement une des dernières propriétés disponibles de cette importance dans le faubourg Saint-Germain », explique l’agence Daniel Féau. Et de préciser dans sa plaquette de présentation que « l’ensemble se compose […] d’un bâtiment sur rue, d’une cour intérieure et d’une demeure à l’arrière ouvrant sur un grand jardin, lui-même entouré de plusieurs jardins. »

Un bien « pourri » à « l’emplacement exceptionnel »

Spécialisée dans l’immobilier haut de gamme et de luxe, la société Daniel Féau est chargée de cette vente qui se déroulera ce jeudi 23 janvier à 14h au tribunal de grande instance de Paris sous l’égide de Maître Bruno Picard, qui évoque dans 20Minutes un bien « pourri » à « l’emplacement […] exceptionnel » puisque dans ce quartier-là, « c’est 30.000 euros du mètre carré. »

A LIRE > Un effet Macron sur le marché de l’immobilier de luxe

En décrépitude depuis 1998, ce lieu unique dont la visite ne se fait que sur réservation, ne peut être vu que de l’extérieur par les potentiels acheteurs puisqu’il est impossible de se promener en sécurité dans le bâtiment muré, précise le quotidien francilien.

Derrière cette vente, une sombre affaire de dettes

Le prix de départ de cette incroyable enchère est fixé à 6 millions d’euros mais la demeure pourrait s’arracher pour bien plus. La banque JP Morgan y compte bien en tout cas puisque c’est elle qui a saisi le bien dans le but de recouvrer une partie de la créance de 35,5 millions d’euros que lui doit une société hollandaise basée à Amsterdam avec qui elle est en litige depuis de trop nombreuses années.

Précisons enfin que l’édifice avait été acheté en bon état en 1990 par cette entreprise néerlandaise (Beleggingsmaatschappij Belensas B.V) au prix de 80 millions de francs à l’époque, soit 12 millions d’euros. Néanmoins, selon Maître Picard, cité par 20Minutes, « la vente ne couvrira jamais la créance de son client [JP Morgan] ».  Réponse dans quelques heures.

Sur le même thème

immobilier Immobilier à Paris immobilier de prestige

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique