Loyers parisiens: un logement sur deux est loué trop cher

Si depuis la réintroduction de l’encadrement des loyers, en juillet 2019, les loyers parisiens ont diminué, presque un sur deux est encore loué trop cher.

Pour l'instant les auteurs de dépassements sont rarement inquiétés. Crédit: iStock.

L’association de défense des consommateurs CLCV a commandé une étude sur les loyers parisiens. Après une étude de 1 000 annonces publiées entre juillet et novembre 2019, il ressort que 44% des annonces d’appartements à louer sont illégales, puisqu’elles ne respectent pas les plafonds de loyers fixés par les autorités. « On constate qu’en 2018, année durant laquelle il n’y avait plus l’encadrement des loyers, le nombre d’annonces conformes était passé à 48 % contre 62 % en 2017 », assure David Rodrigues, chargé du logement privé à la CLCV, au Parisien.

Les petites surfaces sont les plus touchées par le phénomène. CLCV estime à seulement 50% le taux de loyers dans les clous. Ce taux grimpe à 66% pour les deux et trois pièces. Pour ne rien gâcher, les dépassements sont régulièrement élevés (autour des 21% du montant du loyer dans le cas des studios).

La commission de conciliation saisie 21 fois

Souvent poussées par des propriétaires de biens qui n’hésitent pas à reprendre en main leur gestion si leurs souhaits ne sont pas exaucés, les agences immobilières n’appliquent pas à la lettre les directives des autorités. Selon l’étude, 70% des annonces publiées par des agences immobilières respectent l’encadrement des loyers. Les particuliers sont encore moins rigoureux. Seules 48 % de leurs annonces sont en dessous des plafonds. Et quand les particuliers dérapent, ils ne le font pas à moitié avec un dépassement moyen de 18 % contre 13% pour les professionnels.

A LIRE >> L’encadrement des loyers devrait faire son retour à Lille alors que Toulouse le refuse

Il faut dire que pour l’instant les auteurs de dépassements sont rarement inquiétés. Au 1er décembre, à peine 21 locataires avaient saisi la commission de conciliation pour demander une révision de leur loyer. « Il faut informer les locataires sur leurs droits », déclare David Rodrigues.

Sur le même thème

Encadrement des loyers Loyer Paris

Réactions et commentaires

Sur la même thématique