Se connecter S’abonner

Immobilier: 100 000 ménages pourraient ne plus avoir accès aux crédits

En suivant les recommandations des autorités financières, les banques pourraient exclure 100 000 ménages du marché immobilier, selon l'Observatoire des crédits aux ménages.

impôt
Crédit: iStock.

Les taux des prêts immobiliers ont atteint un niveau jamais vu en France au cours de l’année 2019. Résultat: les banques ont multiplié les crédits. En décembre, le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF), qui rassemble notamment le ministère de l’Économie et la Banque de France, avait recommandé de ne pas octroyer de crédit immobilier sur plus de 25 ans et à des emprunteurs dont les mensualités dépasseraient un tiers de leurs ressources.

Critiques de l’Observatoire des crédits aux ménages

Depuis janvier 2020, l’accès au crédit immobilier est donc restreint. Les établissements bancaires ont appliqué les conseils du HCSF. Or, ce n’est pas une bonne nouvelle pour l’Observatoire des crédits aux ménages, un organisme de la Fédération bancaire française, rapporte Les Échos. Ces restrictions auraient pour effet d’empêcher des milliers de foyers d’accéder à la propriété immobilière.

A LIRE >> Immobilier: la garantie décennale ne s’applique pas à tous les défauts

Selon la Banque de France, environ un million de foyers ont engagé un crédit immobilier l’année dernière. Pour l’économiste Michel Mouillart, responsable de l’Observatoire, 20% de ces demandeurs ne seraient pas acceptés avec ces nouvelles règles. Ce sont donc 100 000 ménages qui perdront la possibilité d’emprunter de l’argent aux banques. L’économiste estime que « c’est une erreur de vouloir protéger les emprunteurs contre eux-mêmes ».

« Protéger les Français »

Interrogé par le quotidien économique, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire affirme vouloir « protéger les Français » et se défend de l’intention de « restreindre l’accès au crédit ». En suivant les recommandations du HCSF, une partie des crédits octroyés peut ne pas respecter les 33% d’endettement et de la durée maximale de 25 ans, s’il s’agit d’un premier achat ou de l’acquisition d’une résidence principale.