Immobilier: de retour, les acheteurs anglais vont-ils faire monter les prix ?

Depuis l’automne 2019, les Britanniques se remettent en quête de maisons en France. Un redémarrage lié à l’officialisation du Brexit. Sans conséquence sur les prix de l’immobilier ?

Les prix sont généralement stables dans les zones rurales. Crédit: iStock.

En 2016, les Britanniques se prononçaient en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne et se désintéressaient dans la foulée du marché immobilier français. Depuis la fin de 2019, les acquéreurs britanniques cherchent de nouveau activement des maisons dans la campagne. Un regain d’intérêt qui s’explique par un éclaircissement de la situation politique, lié à l’accord de retrait de l’Union européenne arraché par Boris Johnson, le Premier ministre du Royaume-Uni, en octobre, relate LCI.

«Les Britanniques étaient historiquement les plus gros acheteurs sur le marché des non-résidents, qui représente environ 5% des biens immobiliers vendus chaque année en France, jusqu’à ce que les Belges leur passent devant après le vote en faveur du Brexit en juin 2016», explique à la chaîne d’information Brice Bonato, cofondateur de Sextant, un réseau de conseillers immobiliers spécialisés dans la vente de biens en France auprès d’une clientèle internationale. Les notaires aussi constatent le regain d’intérêt des Britanniques pour le marché de l’immobilier français.

Des zones où les prix sont stables

La plupart du temps, les acquéreurs portent leur choix sur de petites maisons situées en pleine campagne et peu recherchées. «Il s’agit la plupart du temps de petites maisons en pierre avec du caractère et entourées de verdure, dans le Limousin, la Bretagne, le Poitou ou la Dordogne notamment», décrit Brice Bonato. Selon le spécialiste, les prix sont généralement stables dans les zones rurales. Au cours des cinq dernières années, le prix de l’immobilier a progressé de 2,7% en moyenne dans les campagnes, alors qu’il a bondi de 29,4% dans les dix plus grandes villes de France.

A LIRE >> Immobilier: 12 outils en ligne pour faciliter l’achat, la vente, la gestion ou l’investissement

Pas pénalisante, l’arrivée des Britanniques (qui s’explique en partie par le fait que les «petits» retraités sont moins imposés en France que dans leur pays) a même un gros avantage. Ces nouveaux habitants reprennent parfois des commerces et développent le tourisme en ouvrant des gîtes.

Sur le même thème

immobilier Retraite à l'étranger

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique