Se connecter S’abonner

Crédit immobilier: le coronavirus devrait permettre aux taux de rester bas

Les taux pratiqués en ce début du mois de mars restent stables dans la plupart des banques françaises. La politique de la BCE et les taux d’emprunt de l’État français sont favorables aux taux bas.

crédit immobilier
Crédit: iStock.

Avec l’épidémie liée à la nouvelle souche de coronavirus Covid-19, une certaine incertitude s’est installée dans les milieux économiques et pourrait peser sur la croissance. Mais quel impact sur le taux des crédits ? Le courtier Vousfinancer tente de répondre à cette question. Pour le moment, en ce début du mois de mars, les taux restent stables dans la plupart des grandes banques.

Certaines les ont même baissés : une grande banque nationale a diminuéses taux de 0,10% pour toutes les durées d’emprunt. Une banque régionale a fait de même à hauteur de 0,07%. Cependant, quelques banques jouent la hausse, mais surtout pour les profils plus à risques, c’est-à-dire pour ceux qui souhaitent emprunter sans apport ou pour des durées longues, une conséquence des recommandations du Haut conseil de stabilité financière.

A LIRE >>> Crédit immobilier: les courtiers ont de plus en plus la cote

1,55% sur 25 ans

Selon Sandrine Allonier, la porte-parole de Vousfinancer, « à l’inverse, les emprunteurs avec 20% d’apport (…) qui achètent leur résidence principale et qui peuvent rembourser leur crédit sur 20 ans sans dépasser 33% d’endettement obtiennent toujours des taux très avantageux ! Une banque propose même désormais une décote de taux de 0,10% lorsque le critère des 33% est respecté ». Les taux moyens actuellement constatés sont de 1,15% sur 15 ans, 1,35% sur 20 ans et 1,55% sur 25 ans.

A LIRE >>> Pas d’exclusion en masse du crédit immobilier, promet la Banque de France

Les perturbations liées à l’épidémie devraient encourager les taux bas. Vousfinancer constate que les taux d’emprunt de l’État français sont au plus bas depuis le 22 janvier pour la première fois en cinq mois. Ils sont d’ailleurs devenus négatifs lundi 2 mars, à -0,31% pour les obligations assimilables du Trésor (OAT) sur 10 ans. De plus, la Banque centrale européenne devrait continuer sa politique de taux bas pour soutenir l’économie. Deux éléments qui devraient maintenir les taux d’emprunt à faible niveau.