Crédit immobilier: le taux moyen en février reste bas, l’arbre qui cache la forêt

La part des ménages les moins dotés en apport personnel contractant un crédit baisse encore en février. C’est une explication de la stabilité des taux observée en février.

Le taux moyen des crédits immobiliers reste stable en février. Crédit: Istock

Une stabilité, dans le domaine du crédit immobilier. Selon les derniers chiffres publiés par l’observatoire Crédit logement, le taux moyen des prêts accordés en février 2020 s’établit à 1,13% (hors assurance et coût des sûretés), une moyenne identique à celle relevée en janvier 2020. Dans le détail, le taux moyen pour acheter dans le neuf s’élève à 1,17% et à 1,16% pour les logements anciens.

Par ailleurs, la durée moyenne des prêts accordés en février est de 228 mois, soit 19 ans tout pile, ce qui est là aussi stable par rapport à janvier. En janvier, une baisse importante de la durée moyenne avait été constatée : quatre mois de moins par rapport à décembre 2019.

A LIRE >>> Investissement immobilier : quelle rentabilité espérer avec le dispositif Denormandie ?

L’observatoire Crédit logement s’étonne de cette stabilité : « Pourtant dès décembre dernier, les taux de la plupart des prêts accordés ont augmenté de quelques points de base », écrit-il dans le document de synthèse de février. Les prêts à plus de 25 ans se font de plus en plus rares. Il faut y voir là la mise en œuvre des recommandations du Haut conseil de stabilité financière.

A LIRE >>> Paris : découvrez les arrondissements les plus recherchés par les locataires

Les plus modestes de plus en plus exclus du crédit

En effet, celui-ci avait demandé aux banques de se montrer plus strictes dans l’octroi des prêts, en accordant des prêts qui respectent le taux d’endettement de 33% et sur des durées n’excédant pas 25 ans, pour « assurer la résilience du modèle français de financement de l’habitat et [à] sécuriser l’accession à la propriété ».

A LIRE >>> Prix de l’immobilier : un nouveau seuil pourrait être franchi cet été à Paris

Par conséquent, « la part des emprunteurs les moins dotés en apport personnel (les jeunes et/ou les moins aisés) a commencé à reculer, comme d’ailleurs la durée des prêts les plus longs », remarque Crédit logement. « Ces évolutions ont ainsi neutralisé la lente remontée des taux des prêts et le taux moyen des crédits a pu se stabiliser », ajoute l’observatoire. Ce dernier note toutefois que toutes durées confondues, « un peu moins de la moitié des emprunteurs obtiennent encore un crédit à un taux inférieur ou égal à 1% ». Les taux bas ont encore de beaux jours devant eux… mais pas pour tous les emprunteurs.

Sur le même thème

Crédit immobilier Taux crédit immobilier

Réactions et commentaires

Sur la même thématique