Immobilier : les loyers révisables entre mi-avril et mi-juillet augmenteront de 0,9% au maximum

Au premier trimestre, l’indice de référence des loyers publié par l’Insee a progressé moins vite que l’an passé

L'IRL sert de référence pour la révision annuelle des loyers

0,92%. Telle est la hausse exacte de l’indice de référence des loyers (IRL) publié par l’Insee au titre du premier trimestre. Plus précisément, l’indice est ressorti à 130,57 au début de cette année, après 129,38 points au T1 2019  .

Une référence qui conditionne la hausse des loyers

Derrière son apparente technicité, cette statistique est un indicateur essentiel pour les locataires et les bailleurs. De fait, à chaque anniversaire de bail, les loyers ne peuvent être majorés que dans les limites de l’évolution de l’IRL retenu comme référence.

A LIRE >>> Immobilier: des résidences de tourisme ne versent plus de loyers, des propriétaires dans l’impasse

Concrètement, les baux prennent comme repère le dernier IRL connu. Publié à la mi-janvier, l’IRL du quatrième trimestre de l’année N-1 sert par exemple de référence pour les contrats de location signés entre la mi-janvier et la mi-avril.

L’IRL paru ce jour intéressera quant lui les personnes ayant conclu un bail dont la date anniversaire tombe entre la mi-avril et la mi-juillet.

Moins d’augmentation que l’an dernier

Au vu de l’indice publié, la hausse des loyers concernés ne pourra donc excéder 0,92%. Rappelons que cette revalorisation s’applique sur le loyer hors charges. Un propriétaire appliquant un loyer de 900 euros (dont 50 euros de provisions pour charges), pourra par exemple porter le loyer nu de 850 à 857,82 euros et le loyer total à 907,82 euros.

Signalons également que la hausse applicable cette année sera presque deux fois élevée que celle de l’an dernier. L’IRL du premier trimestre avait à l’époque augmenté de 1,70%.

Sur le même thème

Location

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique