Coronavirus : les taux des crédits immobiliers toujours au plus bas en avril

Les taux des crédits immobiliers se sont élevés en moyenne au mois d’avril à 1,17%, soit une toute petite progression par rapport à mars. Le durcissement des conditions d’octroi des crédits par les établissements bancaires ne se fait pas encore ressentir dans la mesure où l’activité est presque au point mort.

Le taux moyen des crédits immobiliers n’a grappillé que 1 à 2 points de base chaque mois depuis décembre 2019. Crédit: iStock.

Le taux moyen des crédits immobiliers a légèrement augmenté en France au mois d’avril, période par ailleurs marquée par un effondrement de ce marché en raison de la crise du coronavirus, montre l’étude mensuelle de l’observatoire Crédit Logement/CSA.

Le mois dernier, les taux des crédits immobiliers accordés par le secteur concurrentiel se sont en moyenne établis à 1,17%, détaille l’observatoire Crédit Logement/CSA, qui associe les principales banques françaises à un institut d’études de marché.

C’est une petite progression par rapport au taux enregistré pour mars – 1,15% -, mais cela reste proche du plancher historique atteint l’an dernier, le record à battre restant 1,12% en novembre.

« Au lieu de la remontée rapide et brutale que certains ont si souvent annoncée, le taux moyen n’a en fait grappillé que 1 à 2 points de base chaque mois depuis décembre 2019 », souligne l’observatoire.

Chute du nombre des nouveaux emprunts

Au début du confinement décrété mi-mars en France, pour lutter contre la propagation du coronavirus, plusieurs courtiers en crédit avaient rapporté que les banques françaises durcissaient nettement les conditions d’emprunt, notamment pour faire face aux risques liés à la crise.

Auparavant, les acteurs du marché immobilier s’inquiétaient déjà de la volonté des autorités financières de plus encadrer les prêts dans le secteur. Elles avaient demandé fin 2019 aux banques d’être un peu plus restrictives.

A LIRE>>> Crédit immobilier: la baisse du taux d’usure pèse sur les dossiers les plus fragiles

En tout état de cause, le confinement a un effet indiscutable : le nombre des nouveaux emprunts immobiliers, qui baissaient déjà en mars, a chuté en avril.

Sur les trois mois allant de février à la fin avril, leur nombre a reculé d’un quart par rapport au niveau observé un an plus tôt.

Sur le même thème

Coronavirus prêt immobilier

Réactions et commentaires

Sur la même thématique