Epargne logement : le PEL conserve-t-il encore un intérêt ?

Le PEL a certes perdu beaucoup de son attrait. Mais si vous anticipez une remontée des taux d’intérêt à moyen terme, ouvrir un PEL aujourd’hui pourrait s’avérer une bonne opportunité. Explications

La rémunération du PEL peut paraître faible. A moyen terme il pourrait rester intéressant. Crédit: iStock.

En raison des différentes réformes mises en œuvre au cours des dernières années, le PEL a perdu beaucoup de son attrait comme placement alternatif ou dans le cadre d’un projet immobilier. Il conserve néanmoins quelques atouts.

Livret A versus PEL ?

Sa rémunération au premier abord peut paraître faible : 1% brut à laquelle il faut déduire le prélèvement forfaitaire universel (PFU) de 30%. Un PEL ouvert aujourd’hui ne rapporte donc plus que 0,7% net.

Un niveau qu’il faut comparer à celui du Livret A dont la rémunération est tombée à 0,50% (mais qui n’est soumis à aucune fiscalité), et à ceux des fonds en euro des contrats d’assurance vie (1,40% en moyenne avant prélèvements sociaux en 2019). Néanmoins, le taux de rémunération du PEL est fixe dans le temps. Le souscripteur d’un PEL est sûr d’obtenir ce rendement durant toute la durée de vie de son plan, soit 15 ans maximum, alors que les taux des autres produits d’épargne sont soumis à des fluctuations. Autre atout, le PEL est plafonné à 61.200 euros contre à peine 22.950 euros pour le Livret A. En revanche, il est moins souple : tout retrait avant la durée minimum obligatoire de 4 ans peut faire perdre des avantages (intérêts, droits à prêts…). Sachez que tout retrait entraîne la clôture du plan.

Un pari sur l’avenir

L’autre grande caractéristique du plan épargne logement est de donner droit à un crédit immobilier à un taux garanti. Aujourd’hui, il n’est pas compétitif, étant largement supérieur aux taux que proposent les banques.

Mais à un horizon de 5 à 8 ans, cette situation peut évoluer. Une remontée des taux d’intérêt n’est pas totalement à exclure, en cas de résurgence de l’inflation par exemple. Auquel cas, ouvrir un PEL peut s’avérer intéressant. Certes, il s’agit d’un véritable pari sur l’avenir, mais un PEL ne présente aucun risque pour son détenteur dans la mesure où le capital est garanti.

A LIRE>>> Crédit immobilier : pas de hausses des taux mais des conditions toujours aussi restrictives

A noter que l’ouverture d’un PEL est soumis à conditions : le souscripteur doit faire un versement initial de 225 euros, et ses versements doivent atteindre 540 euros minimum par an avec l’obligation de les programmer mensuellement, trimestriellement ou semestriellement (à partir de 45 euros par mois).

Sur le même thème

immobilier Placements

Réactions et commentaires

Sur la même thématique