Malgré la crise, le crowdfunding immobilier se porte très bien

Le crowdfunding immobilier connaissait un succès grandissant en 2019. Mais la crise du coronavirus, entraînant avec elle l’arrêt des chantiers, avait fait planer un nuage gris sur les plateformes de financement participatif. Finalement, malgré le confinement, tout se passe pour le mieux pour le crowdfunding immobilier. Au premier semestre 2020, le baromètre de Fundimmo et Hello Crowdfunding évoque des « niveaux record de collecte et de remboursements ».

82% de remboursements supplémentaires

De janvier à juin 2020, 184 millions d’euros ont été collectés sur 26 plateformes pour financer des projets immobiliers. C’est une explosion de 46% par rapport à la même période l’année dernière. Pour les remboursements, l’augmentation est encore plus impressionnante : 82%. 76,6 millions d’euros sont revenus dans les mains des investisseurs contre 42 millions d’euros au premier semestre 2019.

Au cours des six premiers mois, le crowdfunding a collecté de plus en plus d’investissements. En mai, la collecte était de 23,5 millions d’euros et en juin, elle atteignait 55,4 millions d’euros. 11 millions d’euros ont été remboursés en mai puis 21 millions le mois suivant. Pour l’étude, cette bonne santé du secteur pendant le confinement des Français s’explique par sa digitalisation qui a « favorisé la continuité de l’activité ».

A LIRE >> Coronavirus : quel impact sur les collectes de crowdfunding ?

89,2 millions d’euros investis en Île-de-France

Le nombre de projets financés monte quant à lui de 7%, passant de 227 en 2019, à 229 en 2020. 139 projets ont été remboursés contre 94 l’année dernière. En moyenne, un projet immobilier financé en crowdfunding atteint 803 570 euros. Ce chiffre est également en augmentation de 16,6% par rapport à 2019. L’Île-de-France attire la moitié des investissements, avec 89,2 millions d’euros, suivie de la région Auvergne-Rhône-Alpes, avec 23,4 millions d’euros.

Si tous les indicateurs des investissements sont au vert, ce n’est pas le cas des retards et des taux de défaut qui augmentent tous les deux légèrement. 10,10% des projets accusent des retards de plus de six mois, soit 2,41% de plus que l’année dernière. Et le taux de défaut gonfle de 0,17% par rapport à l’année dernière.

Rédaction Mieux Vivre

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre

Articles récents

Immobilier: les achats dans les stations balnéaires se multiplient

La hausse des prix de l’immobilier en bord de mer n’empêche pas une envolée des achats de maisons et d’appartements…

11/08/2020 15:48

Finance durable: des néobanques placent l’environnement au cœur du système bancaire

A la rentrée, trois néobanques feront leur entrée sur le marché français. Pour se démarquer de la concurrence, elles assurent…

11/08/2020 14:20

IR-PME : ce que va vous faire gagner le taux relevé à 25%

25% au lieu de 18%. Tel est depuis hier le taux de réduction d’impôt accordé aux investissements dans le capital…

11/08/2020 13:59

Immobilier: un regain d’intérêt pour le viager

Depuis la pandémie, des familles s'intéressent de plus en plus au viager comme alternative à la maison de retraite.

11/08/2020 12:24

Emploi: les travailleurs à temps partiel pas logés à la même enseigne

Les femmes, les jeunes et les seniors sont particulièrement concernés par le temps partiel. Une étude de la Dares met…

11/08/2020 11:29

Immobilier locatif: la suspension des loyers maintenue en cas d’insalubrité

Etudiée par le gouvernement, la suppression de la suspension des loyers en cas d’insalubrité des seules parties communes restera en…

11/08/2020 09:02