Prix de l’immobilier en bord de mer : la région PACA reste la plus chère, la Bretagne augmente

Les plages françaises ne sont pas réservées qu’aux vacanciers. Les acheteurs lorgnent aussi vers les littoraux : Meilleurs Agents a calculé l’effet de la proximité des plages sur les prix immobiliers.

C’est la ville de Saint-Jean-Cap-Ferrat, près de Nice, qui arrive en premier au classement des plus chères en bord de mer. Crédit: iStock.

C’est en Bretagne que les prix augmentent le plus : une hausse de 6,2% en 2020 sur les douze derniers mois et de 9,5% en deux ans. Cela s’explique peut-être parce que le littoral breton est le plus accessible de France, soit 2 577 euros/m². Sans surprise, le leader de l’estimation immobilière en ligne place la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur en tête des littoraux les plus chers : 4 770 euros/m². « L’impact de la proximité de la plage (moins de 5 min à pied) est réel puisqu’il fait grimper les prix de +23%, tous littoraux confondus, par rapport aux biens situés entre 15 et 25 minutes à pied de la plage » selon le communiqué de Meilleurs Agents.

Dans les détails, c’est la ville de Saint-Jean-Cap-Ferrat, près de Nice, qui arrive en premier au classement des plus chères en bord de mer : 13 264 euros/m², soit des prix équivalents à ceux du 1er arrondissement de Paris, qui affiche 13 316 euros/m². Le prix des villas y explose les scores avec 16 150 euros/m². Ramatuelle et Saint-Tropez suivent derrière : les deux stations varoises affichent respectivement 12 744 euros/m² et 10 916 euros/m². Les villes les moins chères de la région sont Saint-Mandrier-sur-Mer, les Saintes-Maries-de-la-Mer et Hyères : entre 3 591 euros pour Hyères et 3 650 euros/m² pour Saint-Mandrier.

Moins de 1 200 euros le mètre carré à Goulien

Inversement, la ville la moins chère est Goulien, dans le Finistère : 1 193 euros/m². C’est la station balnéaire la moins onéreuse de l’Hexagone selon Meilleurs Agents. Les stations bretonnes les plus chères sont la Trinité-sur-Mer avec 4 343 euros/m², Carnac avec 3 973 euros/m² et Larmor-Baden, avec 3 946 euros/m². Toutes les trois enregistrent une hausse des prix de 4,4% à 4,8%. La LGV (ligne à grande vitesse) et le rapprochement avec Paris expliquent cette augmentation des prix de l’immobilier sur le littoral breton.

A LIRE >>> Immobilier: les villes où investir serait intéressant financièrement !

Sur la côte Atlantique (Pays de la Loire – Nouvelle-Aquitaine), les prix du mètre carré en bord d’océan ont augmenté de 4,2% en un an et de 12,7% en deux ans. Dans l’ordre, Lège-Cap-Ferret arrive en tête avec une hausse de 3,3% en 12 mois, soit 8 167 euros/m². Les Portes-en-Ré affichent 7 582 euros/m² soit +3,6% et enfin, Arcachon arrive troisième avec 6 252 euros/m² et une hausse de 3,4%. Là encore, l’accessibilité et la LGV Paris-Bordeaux expliquent cette hausse des prix de l’immobilier dans ces régions.

Moins de 2 000 euros le mètre carré à Port-la-Nouvelle

Le Languedoc (Occitanie) gagne en attractivité : c’est un des endroits en bord de mer où les prix y ont le plus augmenté en 2020. Palavas-les-Flots arrive en tête du classement, 4 144 euros/m² et une progression de 4,2% des prix sur un an. Cependant, d’autres stations du littoral languedocien sont bien moins chères, comme Port-la-Nouvelle, à moins de 2 000 euros/m², ou encore Torreilles.

Enfin, une seule région littorale connaît une baisse de ses prix : la Manche (Normandie – Hauts-de-France) affiche un prix de 2 671 euros/m² soit une chute de 0,6% en une année. Le Touquet-Paris-Plage enregistre une légère hausse de 0,7% avec 5 037 euros/m² et c’est la station balnéaire la plus chère de la région. Deauville de son côté affiche une baisse de 0,2% sur un an à 4 852 euros/m² et Benerville-sur-Mer, collée à Deauville, à 4 116 euros/m² est en troisième position. Ses prix n’y ont pas évolué.

Sur le même thème

immobilier Prix de l'immobilier vacances

Réactions et commentaires

Sur la même thématique