Immobilier à Paris: le prix du mètre carré va-t-il stagner?

Alors que les prix progressent partout en Île-de-France malgré la baisse des ventes, les prix à Paris devraient stagner durant les prochaines semaines, expliquent les notaires du Grand Paris.

À Paris, le prix du mètre carré devrait rester entre 10 700 et 10 800 euros. Crédit: Istock

« C’est un phénomène nouveau » que constatent les notaires du Grand Paris. Dans leur note de conjoncture immobilière pour l’Île-de-France, publiée mercredi 29 juillet, ils indiquent qu’une stagnation du prix du mètre carré dans la capitale semble se dessiner. En effet, selon leurs indicateurs, le prix moyen entre juin et septembre 2020 devrait se situer entre 10 700 euros et 10 800 euros le mètre carré. Un état de fait qui ferait baisser mécaniquement la hausse annuelle des prix : si cette stagnation se confirme, elle ne serait « que » de 6,2% en un an en septembre, contre 8,2% fin mai.

Ailleurs en Île-de-France, les prix continuent de progresser et le mouvement ne devrait pas faiblir. Ainsi, les prix des logements anciens ont augmenté de 6,5% dans la région entre mai 2019 et mai 2020, « dans la continuité des mois précédents », précisent les notaires, qui ajoutent que la baisse des volumes n’a pas forcément un impact sur les prix. Le prix des appartements a progressé de 7,5% en un an, alors que pour les maisons, cette hausse se chiffre à 4,2%.

24 750 ventes conclues durant le printemps

« Compte tenu du faible nombre d’avant-contrats disponibles pendant la période, il faut davantage retenir l’accentuation du mouvement de hausse des prix plutôt que les variations (+9,9% pour les appartements en Petite couronne et +6,3% en Grande couronne, lesquelles apparaissent comme particulièrement élevées) », indique la note de conjoncture.

A LIRE >>> Immobilier: combien coûte un extérieur à Paris?

En Île-de-France, entre mars et mai 2020, 24 750 ventes de logements anciens ont été conclues. C’est une baisse de 39% par rapport à la même période un an plus tôt. Plus exactement, le nombre de ventes a chuté de 75% en volume en avril, avant de rebondir. Les notaires affirment que les premières tendances observées en juin font apparaître que le volume traité durant ce mois-ci est quasiment proche de celui de juin 2019. « Cependant, cette reprise a été encore alimentée par les ventes en attente de régularisation et il faudra encore plusieurs mois pour connaître l’état effectif et les tendances de plus long terme du marché », expliquent-ils.

Crédit : Notaires du Grand Paris
Sur le même thème

Immobilier à Paris Prix de l'immobilier

Réactions et commentaires

Sur la même thématique