Immobilier: les achats dans les stations balnéaires se multiplient

La hausse des prix de l’immobilier en bord de mer n’empêche pas une envolée des achats de maisons et d’appartements dans ces zones de plus en plus prisées.

La Bretagne est préférée à la Manche par les acheteurs. Crédit: iStock.

Dès la fin du confinement, les achats de maisons et d’appartements dans les stations balnéaires se sont envolés. Pourtant, les prix aussi sont en progression. Un phénomène qui ne se dément pas depuis l’été 2019, comme le rappelle L’Express. Pourtant, « en juin, nous avons enregistré une progression des transactions de 50% par rapport à juin 2019, et en juillet, elle est de 35% », annonce Eric Allouche, directeur exécutif d’ERA Immobilier, à l’hebdomadaire.

Certains expliquent cette progression par la crise sanitaire. C’est le cas Philippe Thomine-Desmazures, à la tête de trois agences immobilières Barnes sur la côte basque. Il estime que ceux venus passer le confinement dans leur résidence secondaire ont compris qu’avoir une habitation proche de la mer était un plus.

Des vendeurs peu pressés

En participant au développement du télétravail, la crise sanitaire a encouragé des cadres à acheter un bien dans un lieu où ils peuvent télétravailler en paix. Les Parisiens et les Bordelais sont particulièrement nombreux à avoir jeté leur dévolu sur Saint-Jean-de-Luz. Et du côté de Biarritz, les Toulousains sont plutôt bien représentés.

Les vendeurs, eux, semblent moins pressés que les acheteurs, au point que l’offre est décrite comme étant plutôt limitée. « Des propriétaires décalent la vente de leur résidence secondaire par crainte d’une seconde vague du virus. Résultat, il n’y a pas assez de biens à vendre », explique Eric Allouche à l’hebdomadaire. Les biens partent vite et sans négociation.

Les étrangers moins présents

Plus au nord, sur le littoral breton, les Parisiens restent les principaux acquéreurs. Mais les Bordelais sont de plus en plus nombreux à s’y offrir un bien. Les Lillois, eux, optent pour les côtes de la Manche. Forte de son succès, la Bretagne a vu ses prix augmenter de 6,2% en un an. « Tandis qu’en Manche, ils ont légèrement décru, de 0,6% », indique Barbara Castillo Rico, responsable des études chez MeilleursAgents.

A LIRE >> Prix de l’immobilier en bord de mer : la région PACA reste la plus chère, la Bretagne augmente

Sur la Côte d’Azur, le marché est traditionnellement dynamisé par des acheteurs étrangers. Tous ne sont encore pas autorisés à revenir en France, alors, le nombre de transactions s’est sensiblement réduits. Face à ce constat, un professionnel de l’immobilier basé à Saint-Raphaël affiche ses craintes. « Comment vont-ils réagir dans les prochains mois ? Seront-ils toujours autant attirés par notre région ? », s’interroge-t-il.

Sur le même thème

Coronavirus immo Résidence secondaire

Réactions et commentaires

Sur la même thématique