Dans un contexte exceptionnel de crise, les SCPI tiennent le cap

Les SCPI font preuve d’une belle résistance à la crise liée au Covid-19. Certes, elles ont enregistré une collecte en repli au premier semestre et une diminution des acomptes de dividendes versés, mais de manière contenue. De surcroît, les gérants anticipent un retour à la normale au deuxième semestre.

La collecte des SCPI immobilier d’entreprise et fiscales s’est élevée au premier semestre à 3,43 milliards d'euros, en baisse de 20%. Crédit: iStock.

Les sources diffèrent, mais le constat reste le même. Les SCPI ont pour l’heure passé la crise sanitaire et économique sans trop de dommages.

Les statistiques publiées par l’ASPIM (l’Association française des Sociétés de Placements Immobiliers) et l’IEIF (l’Institut de l’Epargne Immobilière et Foncière) le confirment. La collecte des SCPI immobilier d’entreprise et fiscales s’est élevée au premier semestre à 3,43 milliards d’euros, soit une baisse de 20% par rapport au premier semestre de 2019. Si le premier trimestre s’est inscrit en ligne avec la tendance observée l’année dernière (+ 23%), le deuxième a été sans surprise affecté par la période de confinement. La collecte est tombée sur la période à 875 millions d’euros (- 60%).

Mais les auteurs de l’étude font surtout valoir que la collecte est restée « positive » dans ce contexte inédit, et mettent en avant « la capacité des réseaux de distribution à dématérialiser les souscriptions ».

Les SCPI sont restées également « très actives » en matière d’investissements. Elles ont procédé au cours du premier semestre à des acquisitions pour un montant de 3,5 milliards d’euros, quasi-stable sur un an. Ces opérations ont concerné en premier lieu les bureaux (57%), puis les commerces (19%), la logistique (8%), l’hôtellerie (6%) et la santé (4%).

En termes de localisation, l’international (43% contre 34% un an auparavant) est désormais privilégié, devant l’Ile-de-France (40% dont 7% à Paris) et la province (17%).

Dans le détail, l’Allemagne a concentré 16% des sommes investies devant les pays d’Europe du Nord (7%) et le Benelux (5%).

Baisse de 10% en moyenne des acomptes de dividendes

Les SCPI ont également cédé des actifs, et notamment des bureaux, pour 463 millions d’euros au cours des six premiers mois de l’année.

Sur le plan de la performance, les SCPI conservent leur attrait. Certes, elles ont réduit au premier semestre le montant des dividendes qu’elles avaient initialement prévu de distribuer en raison des mesures mises en place (report ou annulation des loyers) pour accompagner les locataires en difficulté en raison de la crise sanitaire. Les acomptes de dividendes versés ont baissé de 10% en moyenne par rapport à la même période de l’an dernier. Mais les gérants prévoient un retour « à la normale » lié à une « amélioration des taux de recouvrement » dès la seconde partie de l’année.

A LIRE>>> Coronavirus: les SCPI résistent plutôt bien à la crise

Au 30 juin, selon l’indice EDHEC IEIF Immobilier d’Entreprise France, la performance globale des SCPI d’entreprise s’élevait à 5,3% sur un an, répartie entre un rendement courant de 4,2% et une revalorisation des parts de 1,2%.

Toutes ces données confortent les prévisions d’un rendement moyen pour 2020 compris entre 3,90% et 4%. De quoi renforcer l’attrait des SCPI.

Sur le même thème

immobilier SCPI

Réactions et commentaires

Sur la même thématique