Immobilier : Paris perd des locataires au profit des autres villes

Le dernier baromètre SeLoger montre que les recherches de logements ont brutalement chuté depuis le 11 mai à Paris.

Si les locataires boudent Paris, ils regardent ailleurs : les recherches ont augmenté dans les 9 autres grandes villes étudiées. Crédit: iStock.

Les locataires parisiens sont de plus en plus nombreux à vouloir quitter la capitale, au profit d’autres villes depuis le déconfinement. D’après le dernier baromètre des loyers SeLoger, les recherches de locations ont chuté de 23% entre le 11 mai et le 31 août, par rapport à l’an dernier. Le repli est « historique », selon la porte-parole du groupe SeLoger, Séverine Amate, et ce « notamment en raison de la pandémie de coronavirus, qui a poussé certains locataires à accorder davantage d’importance aux critères de qualité de vie, à l’importance d’avoir de l’espace, un extérieur », explique-t-elle aux Echos. En effet, si les locataires boudent Paris, ils regardent ailleurs : les recherches ont augmenté dans les 9 autres grandes villes étudiées.

Nice enregistre la plus forte hausse du nombre de recherches de logements en location, entre la date du déconfinement et la fin de l’été : 40% de plus que l’an dernier. Bordeaux arrive en deuxième position avec une hausse de 36%, suivie de Marseille, avec +29%, de Toulouse, +21%, et de Nantes, +12%, ex aequo avec Mulhouse. Ensuite, Rennes affiche une augmentation de 10% des recherches. Strasbourg et Lyon enregistrent 6% de hausse.

Explosion des demandes d’achat à Bordeaux

Le baromètre de SeLoger permet aussi de constater un décalage des demandes de biens à l’achat à Paris, même si elles continuent d’augmenter de 5% pendant la même période. En effet, la hausse est beaucoup plus importante dans les autres grandes villes : +164% à Bordeaux, + 139% à Nantes et +100% à Strasbourg. Les demandes d’achat augmentent fortement aussi à Marseille, +89%, et à Nice, +87%. Rennes enregistre 74% de hausse, Toulouse, 68% et Lyon, 53%. Enfin, Mulhouse affiche 27% d’augmentation de ces demandes.

> Gare aux dégradations locatives qui excèdent l’usure normale (s’ouvre dans un nouvel onglet) »>A LIRE >> Gare aux dégradations locatives qui excèdent l’usure normale

Cependant, le nombre de biens mis en location longue durée à Paris explose, entre le 1er juin et le 31 juillet, avec 64% de hausse par rapport à la même période de 2019. Même constat à Nice, avec 52%, Bordeaux, 39%, Rennes, 34% et Nantes, 32%. « Il y a fort à parier que de nombreux propriétaires cherchent maintenant à faire basculer leur bien dans de la location de longue durée. C’est ce que reflète très probablement cette hausse » avance la porte-parole de SeLoger. En revanche, les villes de Lyon, Marseille, Strasbourg et Mulhouse n’ont pas connu d’augmentation de demandes pour ce type de location.

Sur le même thème

Immobilier à Bordeaux Immobilier à Paris Immobilier locatif Location

Réactions et commentaires

Sur la même thématique