Se connecter S’abonner

Les travaux de rénovation coûtent plus cher en Île-de-France

Selon le site prontopro.fr, les travaux d’isolation, l’installation de panneaux solaires et de double vitrage coûtent 2 330 euros de plus pour les Franciliens que pour les autres Français.

Toit maison immobilier travaux

La rénovation énergétique est l’un des volets du plan de relance du gouvernement et au cœur de l’actualité. Ainsi, le site Prontopro.fr a étudié 130 000 requêtes effectuées sur sa plate-forme entre janvier et juin 2020 pour calculer la facture moyenne d’un chantier. Les travaux coûtent plus cher en Île-de-France : pour isoler les murs et les combles, installer des panneaux solaires et du double-vitrage, la facture est de 25 550 euros dans la région. C’est plus de 2 300 euros plus cher qu’ailleurs en France puisque la facture calculée par le site de mise en relation entre artisans et particuliers est de 23 220 euros hors Île-de-France, rapporte Le Parisien.

Dans les détails, l’isolation de la toiture, par exemple, coûtera 3 900 euros en moyenne partout en France, sauf dans la région francilienne, où le prix moyen sera de 4 290 euros.  L’isolation des murs extérieurs coûtera 13 445 euros dans la région francilienne contre 12 218 euros, l’installation des doubles vitrages, 1 080 euros contre 982 euros, les panneaux solaires 6 603 euros contre 6 000 ailleurs en France. Même le diagnostic de performance énergétique est plus cher : 132 euros au lieu de 120 euros. De plus, pour transformer les combles en espace habitable, la facture est de 8 030 euros en Île-de-France contre 7 300 dans le reste de la France.

A LIRE >>> Squatters : quels sont les droits des propriétaires ?

50 000 primes distribuées seulement en 2020

Les travaux de rénovation énergétique sont encouragés par le gouvernement qui a octroyé deux milliards d’euros de plus au dispositif Ma Prime Rénov’. Il sera désormais ouvert à tous les ménages, pas seulement les plus modestes. Le barème sera mis en place à la fin du mois de septembre et les travaux de cet automne pris en compte. En effet, il n’y a eu que 50 000 primes distribuées depuis le début de l’année, sur les 200 000 prévues.