Se connecter S’abonner

Immobilier : comment bien choisir son logement seniors ?

Pour les seniors, penser à l’avenir ne signifie pas uniquement se focaliser sur le médical. La preuve : 71,3% d’entre eux veulent avoir des activités et 68,4% maintenir une vie sociale.

retraite
Crédit: iStock.

Au fil des années, les structures d’hébergement des personnes âgées se sont diversifiées. Il existe différentes possibilités autres que les Ehpad, ces résidences médicalisées pour les seniors ayant perdu leur autonomie. Une étude vient d’être publiée par Ovelia et logement-seniors.com. Elle met en lumière le fait qu’une personne sur deux aimerait être mieux informée sur l’offre d’hébergement à destination des seniors. 

En 2020, les 60 ans et plus représentent 18,2 millions de la population française, chiffre l’Insee. Ils pourraient être six millions de plus en 2050. D’après les chiffres du ministère des Solidarités et de la Santé, 89% des seniors sont autonomes ou semi-autonomes. Quand ils pensent à leur futur logement, les retraités sont 82% à déclarer vouloir s’y sentir comme à la maison et 67,1% à vouloir s’y sentir en sécurité. Ils sont également 71,3% à souhaiter avoir des activités et 68,4% espérer y maintenir une vie sociale.

Des aides financières

Dans la pratique, ces espérances se traduisent par une augmentation de 38% en quatre ans du nombre des résidences seniors. Elles sont aujourd’hui quelque 800 en France, contre 7 500 Ephad, mais souffrent d’idées reçues, dont celle des prix élevés. Pourtant, dans la mesure où il n’y a pas d’équipe soignante sur place, les résidences seniors affichent des tarifs inférieurs à ceux des Ehpad. Qui plus est, il est possible de prétendre aux aides au logement. Quant aux services proposés, ils sont en partie « à la carte ».

À côté des résidences services, il existe des résidences dites autonomie. Relevant du secteur public ou associatif, elles sont destinées aux seniors autonomes ou peu dépendants, disposant d’un budget modeste. Comme les résidences services, elles ne sont pas médicalisées et accueillent des personnes seules ou en couple, dans des logements individuels de type studio ou deux pièces.

A la campagne

Pas cantonnées à la ville, les structures d’hébergement pour les seniors existent aussi à la campagne, sous le nom de Marpa (Maison d’accueil et de résidence pour l’autonomie). Le principe est le même et le loyer modéré.

A LIRE >>> Immobilier : petite check-list avant d’investir en résidences services

La possibilité la moins connue est sans doute l’hébergement hors structures. Une famille volontaire accueille une à deux personnes âgées peu dépendantes à son domicile, de manière temporaire ou permanente et contre rémunération. Cet hébergement est rigoureusement encadré par un contrat entre les deux parties et est soumis à une enquête préalable des services sociaux et à l’obtention d’un agrément du Conseil départemental. C’est, à ce jour, la solution la moins onéreuse.