Se connecter S’abonner

De nombreux syndics ont une mauvaise e-réputation, surtout dans les grandes villes

La gestion des immeubles par les syndics de copropriété n’est pas toujours bien notée, selon une étude de MeilleureCopro.

L’image des syndics de copropriété est encore mitigée, surtout pour ceux installés dans les grandes villes. C’est le résultat d’une étude publiée jeudi 17 septembre par MeilleureCopro : la note des syndics sur Google est de 3,1/5 en moyenne en France. Seuls un peu plus de la moitié seulement (56%) bénéficient d’une appréciation générale de plus de 3/5.

Le site, qui a analysé plus de 80 000 avis clients, sur plus de 3 200 syndics et plateformes de gestion d’immeubles, soit 185 000 copropriétés, montre que ce sont les grandes villes qui récoltent les notes les plus basses : Paris et l’Ile-de-France sont notées 2,9/5 en moyenne. La relation entre syndic et copropriétaires est meilleure dans les petites villes, en région : 3,2/5. Dans les plus grandes villes, la moyenne atteint de 3/5.

Cependant, il y a des différences entre les syndics traditionnels et les modèles innovants ou autres plateformes d’autogestion, comme Matera, Bellman ou encore Homeland. « Leur note moyenne sur Google est de 3,9/5 avec environ 95 avis par acteur », selon le communiqué de MeilleureCopro. Les plus gros groupes tels que Foncia, Nexity ou encore Citya obtiennent la moins bonne note, soit 2,9/5, en dépit d’un bon nombre d’avis par acteur (60). Les syndics familiaux obtiennent une bonne moyenne, de 3,1/5, mais ils sont passifs sur le web avec seulement 20 avis de clients par acteur. Les plus petits ont globalement de meilleures notes que les plus gros, même s’ils ne s’occupent pas de leur e-réputation.

Marseille et Rennes ont les syndics les moins bien notés

Dans la queue du peloton, on retrouve Marseille, avec une note de 2,7/5, ainsi que Rennes, avec la même note, suivies de Paris, Lyon et Toulouse avec 2,9/5. La ville la mieux notée par les copropriétaires concernant leur satisfaction quant aux syndics est Montpellier, avec un indice de 3,4/5. Nantes est deuxième, avec 3,3/5, suivie de Nice et Lille avec 3,1/5, de Bordeaux et de Strasbourg avec 3/5. Parmi les dix syndics les moins bien appréciés (au moins 100 avis), 70% sont installés dans les grandes villes en dehors de Paris .

>> Le règlement de copropriété peut contraindre un copropriétaire à payer un service dont il ne bénéficie pas (s’ouvre dans un nouvel onglet) »>A LIRE >>> Le règlement de copropriété peut contraindre un copropriétaire à payer un service dont il ne bénéficie pas

Parmi les mieux notés de France, on trouve deux agences Oralia/Nexity de la capitale. Le groupe Citya occupe 40% des places du classement des mieux notés en ville, ce qui fait que le groupe fait figure d’exception parmi les enseignes les plus connues, car sa note est de 3,7/5 et son e-réputation est bien gérée, avec 97 avis par agence en moyenne.