Se connecter S’abonner

Immobilier : la crise économique n’enlève pas l’envie d’acheter

Six Français sur dix ont toujours la volonté d’acheter un bien immobilier, selon un sondage OpinionWay pour Capifrance.

La crise sanitaire et ses conséquences économiques n’auraient pas raison de la volonté des Français d’investir dans la pierre. Selon un sondage OpinionWay pour Capifrance, ils sont six sur dix, soit 59%, à estimer que « c’est le bon moment pour acheter un bien immobilier », révèle Le Parisien. Selon le patron de Capifrance, Philippe Buyens, « le confinement et les envies exprimées pendant la crise, avec des envies d’extérieur, de surface et de maison, et avec la possibilité de télétravail pour les salariés, concourent au fait que les gens ont envie d’acheter un bien immobilier ». Concernant les crédits, ils sont six sur dix à penser que les coûts sont bas, toujours selon cette étude. Cependant, ils sont la moitié à anticiper des taux plus importants dans les prochains mois. Pour Capifrance, les taux vont rester bas « au moins jusqu’à l’année prochaine ».

Les vendeurs, eux, sont légèrement moins enthousiastes : ils sont un peu moins d’un sur deux, soit 49%, à penser que c’est le « bon moment » pour vendre. Le nombre de biens en vente est en baisse par rapport à l’an dernier, selon le réseau de conseillers immobiliers indépendants au Parisien. En raison de la crise, ils sont 47% à estimer que les prix seront stables dans les six prochains mois et 44% s’attendent à ce qu’ils augmentent, même si la plupart d’entre eux considèrent qu’ils sont déjà élevés à côté de chez eux, soit 73%. Ils sont 83% à le penser en région parisienne.

>> Le changement d’assurance emprunteur bientôt encore facilité ? (s’ouvre dans un nouvel onglet) »>A LIRE >>> Le changement d’assurance emprunteur bientôt encore facilité ?

La pierre reste donc une valeur refuge

D’après ce sondage OpinionWay, réalisé fin août, 31% des Français opteraient pour un investissement immobilier, s’ils avaient de l’argent à investir. Les placements classiques sont toutefois privilégiés puisque 51% des personnes interrogées pensent plutôt à cette option, loin derrière les placements financiers qui recueille 11% des suffrages. « Quand il y a des incertitudes, les gens préfèrent sécuriser leur patrimoine et l’immobilier est une façon de faire », rapporte Philippe Buyens au Parisien. C’est en Ile-de-France que l’investissement dans la pierre arrive devant l’épargne classique, 44% contre 39%.