Se connecter S’abonner

Immobilier : vous pouvez attendre jusqu’à 20 ans pour rentabiliser votre achat à Paris

Pour amortir l’achat d’un logement dans la capitale, il faut patienter entre 5 et 20 ans en fonction de l’arrondissement.

immobilier
Crédit: Istock

Il faut attendre 20 ans avant de voir l’achat d’un logement rentabilisé dans le 7e arrondissement de Paris. Telle est la conclusion de l’étude de Meilleurtaux, dévoilée par Le Figaro. C’est dans l’un des arrondissements les plus chers de Paris que l’attente est la plus longue pour rentabiliser l’achat d’un 70 mètres carrés et c’est aussi dans le 7e que la durée d’amortissement d’un achat immobilier a le plus augmenté entre l’an dernier et cette année, soit de 16 à 20 ans. Dans le cas d’un achat d’un bien équivalent dans les 5e et 6e arrondissements de la capitale, la durée est respectivement de 11 et 15 ans pour amortir les frais. Dans le 1er arrondissement, il faut patienter 10 ans ; un peu moins dans le 16e avec 9,6 ans et dans le 8e et le 17e avec 9,2 ans.

L’attente est la plus courte dans les arrondissements les moins chers soit les 19e et 20e avec moins de cinq ans pour le premier (4,1) et cinq ans pile pour le second. La durée d’amortissement de l’achat de logement a d’ailleurs baissé dans ces deux arrondissements, ainsi que dans le 11e, entre 2019 et 2020. La durée d’amortissement moyenne tous arrondissements confondus est de huit ans et demi à Paris, contre sept ans et demi l’an dernier, soit à peu près la durée moyenne de détention d’un bien immobilier, qui est d’environ neuf ans. Entre cinq et huit années d’amortissement, on trouve donc le 11e arrondissement (6 ans), tout comme le 2e arrondissement, puis le 13e avec 6,2, le 10e avec 6,6, le 3e avec sept ans, le 18e avec 7,2, le 4e avec huit ans, le 15e avec 8,1 ainsi que le 9e, et le 12e et le 14e avec 8,6 ans.

>> Immobilier : ces villes où il vaut mieux louer pour avoir un logement plus grand (s’ouvre dans un nouvel onglet) »>A LIRE >>> Immobilier : ces villes où il vaut mieux louer pour avoir un logement plus grand

Les quadragénaires partent, les trentenaires restent

Selon Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux, « ce n’est certes pas à Paris qu’un achat immobilier se rentabilise le plus vite ». Cependant, « il n’y a aucun risque que les appartements de 70 mètres carrés perdent de la valeur, ils pourraient même en prendre tellement ils sont recherchés », précise l’experte au Figaro. Les ménages aisés quitteraient la capitale, selon le courtier, souvent quadragénaires, tandis que « les trentenaires, qui n’ont pas d’assise professionnelle, restent ».