Se connecter S’abonner

Immobilier : les grandes villes comptent de moins en moins de passoires thermiques

A Lille, Strasbourg, Dijon, Marseille ou Paris, les annonces des logements les plus énergivores diminuent fortement en 2020.

La France compte 4,8 millions de passoires thermiques sur ses 29 millions de résidences principales, selon l’étude du Commissariat général au développement durable, publiée début septembre. Il s’agit de logements particulièrement énergivores, qui consomment plus de 330 ou 450 kWh par mètre carré et par an. Ce chiffre est en baisse à l’échelle nationale puisqu’en 2013, l’estimation était de 6,7 millions d’appartements et de maisons classés F ou G dans le diagnostic de performance énergétique (DPE). Mais la diminution s’observe également à l’échelle des villes, selon SeLoger.

15 villes de plus de 100 000 habitants

Dans 15 métropoles françaises de plus de 100 000 habitants, les passoires thermiques sont moins présentes dans les annonces immobilières, de janvier à août 2020 par rapport à la même période en 2019. La ville dans laquelle la présence de logements les plus énergivores baisse le plus fortement est Caen, avec une diminution de 38%. Vient ensuite Nice, où les annonces immobilières qui concernent des logements avec les étiquettes F ou G ont baissé de 31%, affirme l’étude.

A LIRE >>> Fournisseurs d’énergies: le nombre de litiges explose

-13% de passoires thermiques à Paris

Cette tendance de forte diminution se retrouve dans beaucoup de grandes villes et dans toutes les régions. Lille affiche une baisse de 28%, Strasbourg et Rouen, 27%. Il y a également plus de 20% de passoires thermiques en moins à Dijon et Reims. Dans la capitale, comme à Marseille et Grenoble, ces annonces décroissent de 13%. Dernière du classement, Bordeaux affiche 1% de logements énergivores en moins.