Se connecter S’abonner

Les Français se sentent à l’étroit dans leur logement

La moitié des Français n'ont pas assez de place dans leur cuisine pour un bac de tri sélectif, tandis que près de la moitié des foyers avec des revenus modestes (45%) sont trop à l'étroit dans leur cuisine pour y installer un lave-vaisselle.

Les jeunes Français sont plutôt à l’étroit, selon le baromètre annuel Qualitel. En effet, les 34-44 ans disposent en moyenne de 37 m2 par personne, soit près de deux fois moins que les plus de 60 ans (64 m2 par personne en moyenne). Ainsi, dans leur vie quotidienne, les familles urbaines vivent dans des espaces qu’ils jugent trop petit pour elles : 4 familles sur 10 vivant en appartement ne disposent pas d’une chambre par enfant, alors même qu’il s’agit de l’espace jugé le plus indispensable par les Français. Devant même les espaces extérieurs, selon cette étude.

Une exigüité qui ne facilite pas non plus les bons réflexes environnementaux : la moitié des Français n’a pas assez de place dans leur cuisine pour un bac de tri sélectif, tandis que près de la moitié des foyers avec des revenus modestes (45%) ne dispose pas d’assez de place
dans leur cuisine pour y installer un lave-vaisselle.

A LIRE >>> Immobilier : ces villes où il vaut mieux louer pour avoir un logement plus grand

40% des Français ne disposeraient pas d’un coin pour leur bureau

De quoi freiner l’appétit pour le télétravail, qui s’est développé avec la crise sanitaire ? D’après Qualitel, quatre Français sur dix ne disposent pas de bureau ou de coin bureau alors que 34% jugent que leur logement n’est pas adapté au télétravail.

Qu’ils soient en appartement, le plus souvent un choix par défaut (58% des habitants d’appartement aimeraient habiter une maison), ou en maison,
les Français plébiscitent la pièce à vivre. A choisir, ils indiquent qu’ils préféreraient augmenter la taille de leur pièce sur chambre principale, de leur salle de bain, de la chambre d’enfant ou même de leur cuisine.

Autre signe de ce manque d’espace, les capacités de rangement constituent le premier motif d’insatisfaction à l’égard de l’agencement du logement, devant la superficie globale. Enfin, si deux tiers des plus de 60 ans (67%) souhaiteraient passer le reste de leur vie dans leur logement, ils sont la moitié à considérer que leur habitat n’est pas adapté à une personne âgée.