Se connecter S’abonner

Un Français sur trois veut changer de syndic

Les copropriétaires sont 36% à déclarer vouloir changer de gestionnaire selon un sondage IFOP et Bellman.

La confiance des copropriétaires en leur syndic baisse. Il y a dix ans, ils étaient 75% à se déclarer satisfaits de la gestion de leur copropriété et ils ne sont plus que 66% aujourd’hui selon une étude Ifop pour le cabinet Bellman*. De plus, 36% d’entre eux, soit un sur trois environ, disent vouloir changer de syndic. Seulement 22% d’entre eux se déclarent très satisfaits et à Paris, ils ne sont même que 16%. Pourtant, les Français recourent à 68% aux syndics professionnels pour la gestion de leur copropriété et même 80% à Paris (73% en Ile-de-France). Parmi les reproches à l’encontre de ces professionnels, il y a le turnover : plus de la moitié des personnes interrogées (56%) ont connu plus de deux gestionnaires et 27% plus de trois. Pourtant, les changements de gestion compliquent la communication entre les copropriétaires et les gestionnaires et nuisent à l’avancement de projets de travaux, selon Bellman.

Par ailleurs, le sondage révèle aussi que 67% des Français pensent que les syndics utilisent des outils obsolètes, lors des procédures des assemblées générales : remplissage de fiches de présence à la main, votes à compter, procès-verbaux imprimés… la dématérialisation des outils ne serait pas assez utilisée par les syndics de copropriété. Mails le sondage révèle aussi que 38% des copropriétaires ne sont pas satisfaits du prix par rapport à la qualité du service.

A LIRE >>> De nombreux syndics ont une mauvaise e-réputation, surtout dans les grandes villes

Des travaux en cours peuvent bloquer le changement de syndic

Pourtant, tous les copropriétaires ne changent pas de syndic malgré leur insatisfaction : 44% des personnes interrogées ont le même depuis au moins six ans. Le désir de changement concerne aussi plus les résidences principales (41%) et 31% sont en Ile-de-France. Malgré ce constat, ils sont 73% à déclarer ne pas connaître d’alternative à leur syndic actuel. De plus, le manque d’informations sur les autres copropriétaires et la difficulté de devoir voter en assemblée générale un éventuel changement bloquent les prises de décision des Français interrogés pour la réalisation de cette étude. Autre facteur qui peut freiner le changement de syndic : la tenue d’éventuels travaux, dont 65% des copropriétaires ont peur qu’ils soient suspendus. 

La majorité des Français (90%) souhaitent enfin que le gouvernement oblige les syndics à justifier le pourcentage de rémunération pour le suivi administratif et technique du chantier, appliqué aux budgets, votés en assemblée générale pour les travaux. Idem pour les outils à mettre en place pour une meilleure communication : 87% des sondés disent vouloir une incitation de la part du gouvernement pour une meilleure collaboration.

*Etude réalisée auprès de 990 copropriétaires (issus d’un échantillon global de 5 011 personnes représentatif de la population française) âgés de 18 ans et plus ont été interrogés.