Se connecter S’abonner

Logement neuf : l’obligation de construire des douches à l’italienne en 2021 fait des remous !

Pour répondre à des exigences d’accessibilité, les logements neufs doivent installer une douche sans ressaut en 2021 au lieu d’un bac à douche classique. Le secteur du BTP demande un délai au gouvernement.

Immobilier - Logement -
Crédit: iStock.

Les professionnels du BTP s’unissent contre une mesure du gouvernement entrée en vigueur le 17 septembre dernier. « L’arrêté douches », qui a connu plusieurs mois de retard, impose une zone de douche sans ressaut (aussi appelées douches à l’italienne) « pour les demandes de permis de construire relatif aux maisons individuelles, à l’exception de celles construites pour le propre usage de leur propriétaire, ainsi qu’à celles de tous les logements situés en rez-de-chaussée de bâtiments d’habitation collectifs, déposées à compter du 1er janvier 2021 ». Pour tous les autres logements neufs, ceux desservis par ascenseur, l’obligation entre en vigueur à partir du 1er juillet 2021.

Or plusieurs fédérations s’opposent à cette obligation selon Les Echos : la fédération française du bâtiment (FFB), l’Union sociale de l’Habitat (USH), la Confédération des artisans du bâtiment (Capeb), la fédération des promoteurs immobiliers (FPI), l’union nationale des architectes (Unsfa), les constructeurs-aménageurs et six autres fédérations d’acteurs de la construction ont adressé un courrier au ministère du Logement pour demander un délai avant toute généralisation.

Expérimentation de 4 ans

En effet, la FFB souhaite « une expérimentation de quatre ans des douches à l’italienne limitée aux rez-de-chaussée des immeubles et maisons » car l’installation de ces douches sans ressaut pose des problèmes techniques. En effet, sans surélévation du sol pour délimiter l’espace de douche, il faut installer un siphon vertical directement intégré au sol. Un élu de la FFB expliquait au magazine spécialisé Le Moniteur en décembre dernier que « cette mesure engendrera une augmentation significative du coût de construction ». « Un siphon de sol induit une chape de 7 cm sur l’ensemble des niveaux et donc une augmentation dimensionnelle de la structure », précisait Alain Chapuis, en plus « d’une étanchéité générale sur toute la surface du sol de la salle de bain ».

A LIRE >>> Immobilier : la douche à l’italienne ne sera finalement pas obligatoire dans tous les logements neufs

Risque d’électrocution selon la FFB

Autre problème avancé par la Fédération, l’engorgement des siphons des douches à l’italienne : en Scandinavie, il existe des trappes de visite dans l’appartement d’en-dessous, « mais le droit français n’autorise pas de pénétrer chez le voisin pour désengorger son siphon ! », précise aux Echos Jean-Charles du Bellay de la FFB. D’autres problèmes sont évoqués, concernant les structures mêmes des bâtiments, mais ce qui inquiètent surtout les professionnels, ce sont les risques liés aux douches sans ressaut. En effet, il peut y avoir électrocution si un particulier laisse un sèche-cheveux branché sur un sol mouillé, par exemple, en raison d’un siphon bouché qui refoulerait l’eau dans la pièce. Les normes électriques actuelles pourraient aussi imposer de ne pas mettre de prise dans les salles de bain trop petites équipées de douche à l’italienne. Les délais concernant les demandes de permis de construire risquent d’être rallongés en raison de cette obligation, et de provoquer, en conséquence, de nombreux retards de chantiers.