Se connecter S’abonner

Immobilier : 25% des Franciliens veulent acheter en province

Les Franciliens sont de plus en plus nombreux à chercher à s’installer en province. D’après une étude SeLoger, un sur quatre serait dans ce cas.

Crédit: iStock.

Les traces laissées par le confinement conjuguées avec les possibilités offertes par le développement du télétravail semblent booster l’attractivité des territoires. Alors qu’en février dernier les Franciliens étaient 86% à vouloir acheter un logement en Ile-de-France, ils ne sont plus que 77%, d’après une étude SeLoger publiée lundi 19 octobre. En revanche, ils sont plus nombreux à rêver d’habiter en province.

Les candidats au départ désirent profiter de prix au mètre carré plus accessibles, augmenter leur surface à vivre et s’offrir un extérieur. Le plus souvent, ils semblent porter leur choix sur les petites villes de province ou celles de taille moyenne, situées à proximité de métropoles. De 14% en février, leur part est passée à 17% en avril puis à 18% en mai avant de grimper à 23% en septembre.

97% de provinciaux veulent le rester

Les provinciaux, quant à eux, n’ont pas l’intention de migrer en Ile-de-France. Ceux qui comptent déménager axent leur recherche immobilière sur la province. La concentration des nouveaux emplois dans les métropoles, et tout particulièrement la région parisienne, ne les convainc pas d’y acheter un bien immobilier. Alors que les provinciaux étaient 96% à vouloir le rester, ils sont désormais 97% à ne plus vouloir quitter les régions françaises autres que l’Ile-de-France.

Quid de l’attractivité des régions ? Il semble, d’après l’étude, qu’aucune région n’a véritablement vu exploser son attractivité post-confinement. Loin de s’exiler et de changer sinon de vie, du moins d’environnement, les porteurs d’un projet d’achat immobilier préfèrent cantonner leur recherche dans les limites de leur région. 

La cote du sud-ouest diminue

Seul le nord-ouest semble attirer davantage d’acheteurs. La part des intentions d’achat dans cette partie de la France atteint désormais 23%, alors qu’elle était de 20% en mai et de 19% en avril. En revanche, la cote du sud-ouest baisse. Les intentions d’achat sont de 11% contre 14% en mai et avril d’après Seloger.