Se connecter S’abonner

Immobilier : le prix du neuf a augmenté dans six grandes villes ces six derniers mois

Dans la plupart des grandes villes, les prix du neuf ont augmenté, selon le baromètre de Trouver-un-logement-neuf.com. Le pouvoir d’achat immobilier baisse légèrement dans cinq grandes villes.

Beaucoup de jeunes voient encore l'achat immobilier, particulièrement un logement neuf, comme un gage de sûreté.

La crise sanitaire produit des effets notables sur le marché de l’immobilier neuf. Ainsi, en raison du confinement qui a stoppé net l’activité et donc arrêté les délivrances de permis de construire, les prix ont fortement augmenté dans six villes sur les dix plus grandes de l’Hexagone, étudiées par Trouver-un-logement-neuf.com. La porte-parole du portail spécialisé commente cette tendance : « Comme on pouvait s’y attendre, faute de renouvellement de l’offre bien avant le confinement, les prix ont grimpé ces derniers mois et le retard pris pendant le confinement ne va faire qu’accentuer la problématique ces prochains mois », explique Céline Coletto.

Concernant les taux de crédits immobiliers, ils ont légèrement augmenté, de 0,07 point à Nantes à 0,13 point à Lille et de 0,10 point pour toutes les autres villes. Des évolutions faibles qui confirment une période de taux bas. « En effet, sur 20 ans, le taux minimum, hors négociation, est de 0,92% seulement », précise le site spécialisé. Pour Franck Roullier, président d’Empruntis, « ce sont les conditions de financement qui ont connu un grand changement, avec tout d’abord fin 2019 les recommandations du Haut conseil de stabilité financière puis ensuite, l’impact de la crise sanitaire sur l’attitude prudentielle des banques vis-à-vis des dossiers de prêts qui leur sont présentés ».

Baisse du pouvoir d’achat immobilier à Lyon et Lille

La capacité d’achat d’un logement neuf à la rentrée a été étudié dans dix grandes villes françaises : elle baisse légèrement dans cinq d’entre elles, soit à Lyon, Lille, Montpellier, Toulouse et Marseille, pour un trois pièces, par rapport au mois de mars 2020. En effet, le budget mensuel dédié au prêt immobilier progresse de 12% à Lyon, soit une mensualité de 1 783 euros selon l’étude, contre 1 583 euros en mars dernier. Lille suit de près avec une hausse de 10,31%, soit 1 373 euros par mois. Ensuite, Montpellier connaît une augmentation de 4,18%, ce qui correspond à 1 286 euros mensuels, puis Toulouse vient après avec +3,88% soit 1 157 euros consacrés au crédit immobilier tous les mois. La ville rose est d’ailleurs « la grande ville la plus abordable pour devenir propriétaire d’un logement neuf », note Trouver-un-logement-neuf.com. Enfin, le taux augmente de 3,45% à Marseille et les propriétaires doivent rembourser 1 205 euros chaque mois pour un T3 dans le neuf.

« À Bordeaux et à Nantes, le pouvoir d’achat immobilier se maintient », précise encore la plateforme. Les mensualités de remboursement n’y augmentent que très légèrement, respectivement de 0,62% et de 0,74%. Enfin, la capacité d’achat de logement neuf augmente à Nice, Strasbourg et Paris : la mensualité de crédit baisse d’ailleurs de 2,53% dans la capitale. C’est à Strasbourg que le pouvoir d’achat augmente le plus ces six derniers mois, avec 3,36% de baisse des mensualités : il faut un peu plus de 1 200 euros par mois pour acquérir un trois pièces, détaille encore le site spécialisé. A Nice, la baisse est de 0,5% depuis le mois de mars. Les prévisions pour 2021 seraient plutôt optimistes concernant les taux d’emprunt. En revanche, « si les taux restent sages, ce ne sera certainement pas le cas des prix des appartements neufs. Ceux qui veulent acheter dans le neuf ont tout intérêt à ne pas retarder leur projet », analyse Céline Coletto de Trouver-un-logement-neuf.com.