Se connecter S’abonner

Immobilier : les prix toujours en hausse en France selon Laforêt

Depuis le début de l’année, la tendance reste la même selon le réseau d’agences immobilières, qui constate une forte hausse des demandes d’estimations.

Sur les 4 derniers mois, les prix ont progressé de 1 % sur l’ensemble du territoire, selon le réseau Laforêt. Soit une augmentation de 0,9 % en régions, de 1,3 % en Ile-de-France et de 0,4 % à Paris. Depuis le début de l’année, la tendance est sensiblement identique à celle de 2019 : +3,6 % au national à 3.234 euros par mètre carré, +4,6 % à Paris à 10.547 euros,+4,5 % en IDF à 4.299 euros et +3,5 % en région à 2.222 euros.

Les grandes métropoles sont moins sensibles à la variation des prix, selon Laforêt. Mais dans l’ensemble, « la progression du chômage dans les mois qui viennent sera décisive sur l’évolution des prix, anticipe le réseau. Pour le moment, avec une offre qui reste historiquement basse et une demande qui se maintient, voire se renforce, les prix se tiennent ».

Offre immobilière contenue

Côté offre, la tension continue. Depuis janvier, elle diminue de 4% comparé à la même période en 2019. « Les stocks ne se reconstituent pas et 2020 ne fait pas exception. Ainsi, sur les 4 derniers mois, l’offre s’est encore asséchée, affichant un recul de -10 % au national, dont -6 % en Ile-de-France et -12 % en régions ». Quant à la capitale, le constat partagé par d’autres acteurs semble désormais s’imposer : « le stock se redresse doucement (+10 %) face à une demande qui marque le pas » d’après Laforêt.

Néanmoins, le réseau fait part de nombreuses demandes d’estimations de biens sur l’ensemble du territoire, qui pourrait se traduire dans les prochains mois par des mises en vente plus soutenues. Et sur les 4 derniers mois, le nombre de transactions progresse de 19,5 % au national, de 23 % en régions et de 15 % en région parisienne. Une tendance en partie liée à la crise : « Cette hausse s’explique autant par la concrétisation des transactions mises en sommeil durant le confinement que par les nouveaux projets ».