Se connecter S’abonner

Immobilier : quels sont les quartiers parisiens les plus bruyants ?

Le calme fait souvent parti des points importants quand vient le moment de choisir un logement. Une étude s’est penchée sur les quartiers parisiens.

Depuis le confinement, de nombreux Parisiens ont pris goût au calme. Même ceux qui appréciaient jusque-là la vie animée de leur quartier. Flatlooker, spécialiste de la gestion locative en ligne, a étudié l’intensité sonore des différents arrondissements. Dans une étude publiée mercredi 28 octobre, le 18e arrondissement apparaît comme le plus bruyant de toute la capitale, à l’inverse du 2e arrondissement.

D’après l’étude, l’intensité sonore atteint 59,1 décibels dans le 18e arrondissement. Elle passe à 56,5 db dans le 17e et 55,7 db dans le 7e, qui sont les deux autres arrondissements de Paris les plus bruyants. Dans le 18e, les nuisances sonores sont particulièrement importantes « du côté des quartiers de la Goutte d’or et de la Chapelle, du fait de la grande concentration de terrasses de restaurants et de bars », note Nicolas Goyet, cofondateur de Flatlooker. Et dans le 17e, c’est plus précisément le quartier des Batignolles qui dénote, à cause de l’aménagement de la ZAC Clichy-Batignolles. Quant au 7e arrondissement, il est mal classé essentiellement en raison des grandes artères situées aux abords du champ de Mars, « où les véhicules peuvent circuler avec plus de liberté ».

Plusieurs critères limitent le bruit

Dans les secteurs les plus calmes, les 2e et 9e arrondissements, le niveau des décibels est limité à respectivement 42,3 dB et 43,5 dB. Le 2e est, en effet, l’endroit de Paris où la densité de la population est la plus faible. Le 9e, lui, doit sa bonne place à ses nombreuses petites rues. Leur maillage dense « favorise une intensité sonore peu élevée », détaille Nicolas Goyet.

Bien entendu, ces données moyennes varient selon d’autres critères tels que l’emplacement du logement dans la copropriété. S’il donne sur une cour ou un jardin, l’intensité sonore moyenne mesurée est de 37 décibels fenêtres fermées, 43,2 fenêtres ouvertes. Si le logement est situé au niveau d’une rue piétonne, l’intensité sonore moyenne monte à 38,6 dB fenêtres fermées et 47,3 fenêtres ouvertes. Logiquement, un logement donnant sur une route sera plus bruyant. Dans ce cas, l’intensité sonore moyenne atteint 38,4 dB fenêtres fermées et 48,5 fenêtres ouvertes.

Moins de bruit à partir du septième étage

Les étages ont également leur importance. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, plus on monte, plus le bruit augmente lorsque les fenêtres sont ouvertes. « Cela peut sembler contre-intuitif mais du fait de la réverbération du bruit sur les façades, les étages élevés ne sont pas les plus calmes. A partir du septième étage, le logement est suffisamment haut pour que le bruit de la rue se fasse moins entendre », explique Nicolas Goyet.