Se connecter S’abonner

Immobilier neuf : les prix flambent

A cause de la raréfaction des permis de construire, le secteur de l’immobilier neuf, déjà à la peine, est confronté à une hausse des prix.

Immeuble neuf Pinel défiscalisation

Une catastrophe économique. Voilà la prédiction d’Alain Tur, dans Le Parisien. Le patron du promoteur immobilier AST Groupe, montre tout particulièrement du doigt la lenteur avec laquelle les permis de construire sortent des administrations. La nouvelle phase de confinement, qui débute vendredi 30 octobre, ne devrait pas arranger les choses.

Le président de Tagerim Promotion, Hervé Puybouffat, confirme que 2020 est « une année très difficile en termes d’autorisations à construire ». Ne mâchant pas ses mots, il explique ne pas observer « une volonté effrénée de la part des élus de libérer les permis pour rattraper le retard ».

Une baisse de 25% en Ile-de-France

En Ile-de-France, fin septembre le nombre de permis de construire délivrés serait ainsi en baisse de près de 25% par rapport aux douze mois précédents. Une diminution qui flirte avec les 13% en Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Occitanie, et les 10% dans les Pays de la Loire et en Nouvelle-Aquitaine.

Une étude du courtier Empruntis, réalisée avec la plateforme Trouver-un-logement-neuf.com, met d’ores et déjà en lumière une hausse des prix dans l’immobilier neuf. Elle s’explique tout simplement par la raréfaction de l’offre. Ainsi, l’achat d’un trois-pièces neuf à Lyon, coûte 389 000 euros, soit 12% de plus qu’il y a six mois. A Lille, l’évolution est de 10%. « Faute de renouvellement de l’offre bien avant le confinement, les prix ont grimpé ces derniers mois et le retard pris pendant le confinement ne va faire qu’accentuer la problématique ces prochains mois », prévoit Céline Coletto, la porte-parole de Trouver-un-logement-neuf.com, au quotidien.

« Continuité de service »

Se voulant rassurante, Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au Logement, a assuré, jeudi 29 octobre, que « le secteur va pouvoir continuer son activité, aussi bien avec l’instruction des permis de construire que sur la construction ». Elle a également garanti une « continuité de service » des administrations d’Etat et des collectivités territoriales. De quoi permettre une étude des permis de construire déposés.