Se connecter S’abonner

Reconfinement : à quoi s’attendre concernant le crédit immobilier ?

Banques et courtiers en crédit continuent à traiter les dossiers d’emprunt, dans des conditions qui restent plutôt favorables. Pour le moment.

Ce nouveau confinement, qui durera au minimum jusqu’au 1er décembre, grippera-t-il à nouveau la machine ? Si l’impact sur le marché immobilier se fait déjà sentir, les professionnels sont cependant plus préparés qu’au début de l’année. Côté financement, les agences de courtage continuent à travailler de concert avec les banques, qui ne comptent pas fermer le robinet du crédit. Mais peut-on encore souscrire un crédit ? « Par rapport au premier confinement, les banques sont mieux organisées pour traverser cette période, explique Julie Bachet, directrice générale du courtier Vousfinancer. La plupart des établissements ont déployé leurs logiciels de traitement des dossiers de prêt auprès de leurs salariés experts crédits en télétravail, ce qui n’était pas le cas en mars. » Si les agences restent ouvertes, le télétravail reste le principe. D’autant que la signature électronique du mandat et la visioconférence sont déployés massivement.

Quelques baisses de taux

Concernant les taux de crédit, quelques banques ont envoyé de nouvelles grilles de taux pour le mois de novembre. Et certaines sont orientées à la baisse, de 0,10 % en moyenne, selon Vousfinancer. D’autres banques ont laissé leurs taux stables et seule une banque les a remontés de 0,10 %. « Si le reconfinement ne dure qu’un mois, il ne devrait pas avoir d’impact sur les taux de crédits immobiliers… Pour l’instant, les taux restent à un niveau très bas, proche des records historiques pour les meilleurs profils », explique Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer.

Le fait que les banques n’ont pas atteint leurs objectifs en fin d’année devrait aider. En outre, les taux d’emprunt d’Etat à 10 ans sont restés très bas et négatifs à l’annonce du reconfinement, à – 0,35 % le 30 octobre, contre – 0,26 % le 1er octobre. En moyenne selon les barèmes des banques partenaire du courtier, on peut emprunter actuellement à 1,10 % sur 15 ans, 1,30 % sur 20 ans et 1,50 % sur 25 ans, mais pour les meilleurs profils, il est possible de négocier 0,58 % sur 15 ans, 0,88 % sur 20 ans et 1,06 % sur 25 ans, de taux à nouveau proches des records historiques.

Hausse des refus

Par ailleurs, le taux de refus des dossiers de crédit continue d’augmenter, mais dans une moindre mesure. A fin octobre, la proportion des crédits obtenant un refus atteint désormais 11,5 % des dossiers envoyés aux banques, contre 10,7 % à fin août, mais 5,5 % en 2019. « Depuis la rentrée, il n’y a pas eu d’envolée des refus de crédit même si nous constatons toujours l’impact des recommandations du HCSF qui pénalisent notamment les investisseurs mais également les acheteurs dans les grandes villes qui doivent avoir un apport conséquent pour acheter », selon Julie Bachet.

Près d’un tiers des emprunteurs disent avoir du mal à rembourser leur crédit immobilier, une tendance que devrait aggraver ce reconfinement. Il reste possible de demander à sa banque un report d’échéance, entrainant la suspension du remboursement des mensualités pendant 1 à 12 mois, en une ou plusieurs fois (sous conditions mentionnées dans les offres de prêt), rappelle Vousfinancer. « Seule la moitié des banques propose l’option report d’échéance. Mais même si ce n’est pas le cas, certaines banques peuvent tout de même accepter une suspension temporaire dans le contexte actuel, et ce même si vous l’avez déjà fait au printemps dernier, car leur objectif est d’assurer la continuité du remboursement du crédit », conclut Sandrine Allonier.