Se connecter S’abonner

Le marché immobilier « résiste relativement bien » selon Emmanuelle Wargon

La ministre du Logement Emmanuelle Wargon estime que le marché se porte plutôt bien, malgré une baisse du volume des transactions immobilières, à un niveau comparable à 2018.

La chute n’est pas brutale pour le marché immobilier. C’est en tout cas l’avis d’Emmanuelle Wargon, la ministre du Logement, qui estime, dans un entretien au Parisien, à 900 000 environ le nombre de transactions cette année, soit une année comparable à 2018, même si elle est moins dynamique que l’an dernier. « Finalement, le marché résiste relativement bien. Il reste de la confiance des acheteurs et les vendeurs continuent à souhaiter aller au bout des transactions », précise la ministre. Du côté des prix, Emmanuelle Wargon note « plutôt un tassement qu’un effondrement », et la stagnation permettrait de « calmer un peu l’envolée dans certains centres des grandes villes ».

Autre point positif pour le gouvernement, le nombre de bailleurs privés, plus nombreux qu’avant le premier confinement : ils sont sept millions aujourd’hui, contre 6,4 millions auparavant. « C’est une très bonne nouvelle », commente la ministre du Logement dans Le Parisien, « parce que l’on est en tension entre l’offre et la demande, en tout cas dans les grandes villes et en périphérie. » En effet, certaines locations de très courte durée, dans le meublé touristique en particulier, retournent sur le marché de la location longue durée. « On a besoin que les biens vacants retournent sur le marché, que ceux qui étaient loués ponctuellement pour le tourisme reviennent à des ménages, des couples et des familles, des jeunes, des étudiants », déclare encore Emmanuelle Wargon.

Reprise de la délivrance des permis de construire

Concernant le secteur du logement neuf, la ministre souhaite que le rythme de délivrances des permis de construire reprenne. Avec le confinement et les élections municipales, « il y a eu effectivement un trou d’air les mois précédents », reconnaît Emmanuelle Wargon dans le quotidien. En effet, fin septembre en Ile-de-France, le nombre de permis de construire délivrés aurait baissé de près de 25% par rapport au douze mois précédents. Dans les autres régions, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Occitanie, il a baissé de 13%, et de 10% en Nouvelle-Aquitaine et dans les Pays de la Loire. Des baisses qui auraient fait exploser les prix de l’immobilier neuf. « Là, il y a urgence à ce que ça reprenne », déclare la ministre du Logement.

Enfin, Emmanuelle Wargon estime que la généralisation du télétravail va accélérer la crise de l’immobilier de bureaux. Elle croit aux opportunités possibles « de transformation de bureaux en logements. On a déjà des possibilités réglementaires, il faut voir comment on les simplifie encore », détaille la ministre au Parisien. « Par ailleurs, pour les nouveaux programmes, on va toujours avoir besoin de bureaux, notamment à l’échelle francilienne pour rééquilibrer entre l’est et l’ouest », précise encore Emmanuelle Wargon.