Se connecter S’abonner

Immobilier de luxe : le bilan est plutôt positif après la première semaine de reconfinement

Les transactions immobilières de prestige ne se sont pas arrêtées avec le nouveau confinement, avec la signature des actes pour les opérations en cours et la conclusion de nouvelles transactions.

immobilier
Crédit : Marriott.

La première semaine de reconfinement n’est étonnamment pas une catastrophe pour l’immobilier de luxe. En effet, selon Sotheby’s International Realty France – Monaco, les transactions en cours se sont finalisées, avec la signature des actes authentiques, et de nouvelles transactions se sont conclues, rapporte un communiqué. « Par exemple, une propriété dans le Sud-Ouest pour plus de 8 millions d’euros et une propriété à Paris pour plus de 15 millions d’euros ont été vendues pendant la première semaine du reconfinement », rapporte Alexander Kraft, PDG du réseau de 53 agences.

L’explication donnée est celle de la souplesse des professionnels de l’immobilier, qui peuvent mener plus d’actions pendant ce deuxième confinement que lors du premier. En effet, les transactions avaient stoppé net en mars, mais une activité virtuelle s’était poursuivie. Pour Sotheby’s International Realty France – Monaco, les motivations des acheteurs sont les mêmes. Ils souhaitent « surclasser » leur résidence principale avec un bien plus grand, disposant d’un extérieur, soit un jardin, une terrasse, un balcon, ou encore mieux localisé, dans un endroit plus vert, plus calme. « Nous avons par exemple vendu récemment une villa remarquable de 300 m² avec 400 m² de jardin dans le Triangle d’or de Deauville, à proximité du casino, pour près de 3 millions d’euros », détaille Alexander Kraft, PDG du réseau leader de l’immobilier de prestige.

Premiers signes encourageants

Les acheteurs souhaitent aussi acquérir une résidence secondaire pour s’y réfugier de temps en temps et sécuriser leur patrimoine, selon l’expert, ou encore changer de vie en s’installant en périphérie des villes. « En résumé, nous restons prudemment optimistes. Ce qu’il est encore possible de faire aujourd’hui nous permet de pouvoir exercer assez correctement notre métier vu la situation globale et de garder plus que jamais le lien avec nos clients, même si c’est de manière différente. Les premiers signes sont étonnamment encourageants », conclut Alexander Kraft dans le communiqué.