Se connecter S’abonner

Immobilier : le marché se tend sur tout le territoire

D’un côté les prix augmentent encore. De l’autre, le volume des transactions diminue. Ce constat vaut aussi bien pour Paris que pour la province.

immobilier

Pour le moment, les prix de l’immobilier ne fléchissent pas. Contrairement au nombre de transactions. Un phénomène observé par SeLoger sur tout le territoire, d’après un baromètre publié lundi 30 novembre. Côté prix, ceux de l’immobilier ancien continuent leur hausse. Ils ont progressé de 6,3% sur un an et de 2,5% sur trois mois. Des évolutions confirmées par les notaires, même si un ralentissement semble s’opérer au troisième trimestre 2020.

A « Paris, le ralentissement de la hausse constaté durant l’automne 2017 a cédé la place à une inversion de la courbe des prix au début de l’été », souligne Michel Mouillart, porte-parole du baromètre LPI-SeLoger. Un phénomène qui n’est pas limité à la capitale ou à l’Ile-de-France.

Des volumes moindres de 11,1%

Côté volume des transactions, « jusqu’en juillet, le marché avait pu compter sur un effet de rattrapage, mais dès le mois d’août l’impact du rebond s’est épuisé », rappelle Michel Mouillart. La détérioration du marché de l’emploi et des revenus, conjuguée à un resserrement de l’accès au crédit immobilier, a provoqué un recul du nombre des transactions. SeLoger chiffre à 11,1% la diminution du volume des transactions en rythme trimestriel glissant. 

Pour ce qui est de l’avenir, SeLoger ne cache pas un certain pessimisme concernant les projets immobiliers des ménages les plus modestes. Selon le site immobilier, même si les prix venaient à reculer en 2021, cette baisse ne profiterait pas à tous les Français. Et de pointer du doigts les conditions resserrées d’accès au crédit, qui pénalisent déjà les primo-accédants.