Se connecter S’abonner

Passoires thermiques : des associations demandent au gouvernement de maintenir l’obligation de rénovation 

Dans une lettre adressée au président de la République, 60 associations s’alarment de la possible exclusion de « l’obligation de rénovation globale » du projet de loi Energie et climat.

La Convention citoyenne pour le climat avait adopté cette proposition : rendre obligatoire la rénovation des bâtiments d’ici 2040. Le projet de loi qui doit mettre en forme les demandes citoyennes est en phase d’écriture et les arbitrages sur ce qui sera inclus ou non sont toujours en cours. Les 150 citoyens de la Convention doivent d’ailleurs être reçus par la présidence dans les quinze prochains jours, indiquent Les Échos. 60 associations ont rédigé une lettre à Emmanuel Macron pour lui demander de bien inclure cette obligation de rénovation dans le projet de loi. 

« Nécessité d’aller deux fois plus vite »

« Exclure, comme cela est proposé par certains ministères, l’obligation de rénovation globale du projet de loi viderait ce texte de son ambition sociale et climatique », écrivent les signataires, cités par le site Batiactu, parmi lesquels on trouve France Nature Environnement, le Secours Catholique, la Fondation Abbé Pierre ou encore l’ancien ministre de l’Environnement Nicolas Hulot. « La nécessité d’aller deux fois plus vite sur la rénovation énergétique est largement documentée, notamment par le Haut conseil pour le climat (HCC) », ajoutent-ils. 

En effet, le HCC pointait récemment le « retard important » de la France en matière de rénovation énergétique des bâtiments publics, privés et des logements. L’institution prônait ainsi une « massification » de ces travaux dans le but de réduire les émissions carbones du pays. La lettre adressée au Président indique que 28% des émissions de gaz à effet de serre viennent des bâtiments et que les frais engagés pour les chauffer sont deux fois plus lourds que les dépenses pour se déplacer.

« Le reconfinement synonyme de froid et de privation »

« Monsieur le président, vous vous étiez engagé à faire disparaître les 5 millions de passoires énergétiques d’ici 2025. Force est de constater que les milliards du Plan de relance n’y suffiront pas », s’alarment les signataires. Sont visés les logements particulièrement énergivores, qui consomment plus de 330 ou 450 kWh par mètre carré et par an (étiquettes F et G du diagnostic performance énergie). Pour les millions de Français vivant dans ces conditions, « le reconfinement est synonyme de froid et de privation », rappellent les associations.