Se connecter S’abonner

Six ménages sur dix sont propriétaires de leur logement en 2020

La France comptait 37 millions de logements au 1er janvier, hors Mayotte. 58% des ménages sont propriétaires de leur résidence principale en 2020 selon l’Insee.

Crédit: iStock.

Le nombre de ménages propriétaires de leur résidence principale est stable depuis dix ans. Près de six sur dix, soit 58% des ménages, possèdent leur logement en 2020. La part a augmenté de façon continue depuis 1982, où elle était de 50%, note l’Insee dans son focus du 8 décembre, mais elle est stable depuis 2010. Sous l’effet du vieillissement de la population, en partie, la part de propriétaires sans charges de remboursement a sensiblement augmenté jusqu’en 2010. En revanche, depuis une dizaine d’années, la part de ceux qui n’ont pas fini de rembourser leur emprunt, soit les propriétaires accédants, se stabilise. Elle avait baissé entre 1990 et le milieu des années 2000 de façon continue, remarque l’Institut.

Concernant les locataires, leur part se maintient à 40% environ depuis 1990, ce qui est plus faible qu’en 1982. Les bailleurs publics possèdent 17% des logements du parc de résidences principales et leur part est stable depuis le milieu des années 1990. Elle avait nettement augmenté auparavant, note l’Insee. Les bailleurs privés, eux, représentent 23%. Autre point abordé par l’Institut dans sa note, la proportion des ménages logés gratuitement : elle chute de façon continue depuis 1982 pour représenter 2% en 2020.

La croissance du parc immobilier est plus ralentie ces cinq dernières années

Dans son focus du 8 décembre, l’Insee publie les chiffres du nombre de logements : hors Mayotte, la France en compte 37 millions au 1er janvier 2020. Cela représente 12,4 millions de logements de plus qu’en 1982. La croissance du parc de logement est moins importante ces cinq dernières années qu’au cours des années 1980 et 2000. Le parc s’est accru de 1,1% par an en moyenne depuis le début des années 1980. Dans l’Hexagone, « 82% des logements sont des résidences principales et 55% des logements individuels », précise l’Institut, la part des premiers baissant légèrement depuis une quinzaine d’années. Ce sont les logements vacants qui sont plus nombreux, ainsi que les résidences secondaires et les logements occasionnels, depuis le début des années 2010. La hausse s’est accentuée pour les résidences secondaires les cinq dernières années. En revanche, les logements vacants connaissent une hausse marquée depuis 2006 mais elle s’atténue ces dernières années.

Autre constat dressé par l’Insee, il y a plus de logements dans les unités urbaines hors Paris aujourd’hui qu’en 1982.  « En 2020, 16% des résidences principales se situent dans l’unité urbaine de Paris et 21% dans une commune hors unité urbaine », écrivent les auteurs du focus. Concernant les résidences secondaires, 39% sont situées dans les communes « hors unités urbaines et autant dans les unités urbaines de moins de 100 000 habitants ».