Se connecter S’abonner

Immobilier : l’achat au comptant a le vent en poupe

Le durcissement des conditions d’emprunts bancaires a pour conséquence la hausse du nombre de transactions payées à partir de financements cash.

scpi

La situation est inédite. Selon Sextant, réseau d’agents mandataires en immobilier, le nombre d’achats effectués au comptant est en hausse depuis le mois de mai : au sein du réseau, 62% des transactions immobilières sont réalisées à partir de financements cash. L’expert explique cette tendance par le fait que les conditions d’emprunts bancaires sont plus difficiles. « Habituellement, c’est l’inverse, les emprunts bancaires sont favorisés pour deux tiers des achats », relèvent les fondateurs de Sextant France dans un communiqué.

« De plus en plus d’acheteurs se tournent vers l’investissement immobilier pour faire fructifier ou sécuriser leurs liquidités bancaires, et pour cela, ils n’hésitent plus à retirer leur épargne des banques », écrivent Brice Bonato et Matthieu Cany. Ces investissements en cash concernent aussi bien les achats de résidence principale que de résidence secondaire.

Autre constat du groupe immobilier, un boom de l’investissement locatif meublé en novembre 2020. En effet, la marque Le Coin du LMNP (location de meublé non professionnelle) a signé 100 mandats exclusifs ce mois-ci, ce qui correspond au reconfinement.

La cote des résidences bondit

Certains propriétaires ont vendu leur lot, face au faible taux d’occupation des résidences de tourisme à la fin de l’année. Dès le début du confinement, certaines résidences ont, en effet, stoppé le versement des loyers aux particuliers et associations propriétaires de logements qu’elles louent. Les clients investisseurs seraient « très présents pour ces mêmes produits », constate Brice Bonato, qui précise que l’activité sur ce marché serait à 150% de son rythme habituel.

Sextant a établi plus de 100 contacts par jour en moyenne entre mars et octobre avec les investisseurs, soit « une croissance de 60% des demandes » en comparaison avec les chiffres sur l’année 2019. Les résidences étudiantes, les résidences de services senior ou encore les Ehpad seraient aussi des produits très recherchés, soit 50% des demandes. Pourtant, investir dans l’une de ces niches présente des risques, dans la mesure où ces biens ne se revendent pas toujours facilement. Qui plus est, comme dans le cas des résidences de tourisme, les revenus dépendent de la gestion de l’exploitant.

Reconversion dans l’immobilier

Par ailleurs, les professionnels ayant subi les conséquences de la crise sanitaire chercheraient à se reconvertir dans l’immobilier. En effet, Sextant enregistre une hausse des candidatures, plus de 700 par mois. « Une hausse de 30%, dont 50 à 60% des candidats viennent des secteurs touchés par la crise comme le tourisme, la restauration, l’hôtellerie ou l’aérien », précise le communiqué.

D’après le réseau de mandataires immobiliers, le nombre d’agents indépendants progresserait chaque année de 25 à 30% en France. Une augmentation qui « bouscule la prééminence du modèle traditionnel en agence physique ».